Jean Glavany et Anne Sinclair fustigent les tweets de députés depuis la commission d'enquête Cahuzac

Publié à 19h52, le 26 juin 2013 , Modifié à 10h30, le 27 juin 2013

Jean Glavany et Anne Sinclair fustigent les tweets de députés depuis la commission d'enquête Cahuzac
(Canal Plus)
Image Ivan Valerio

Par

SAY MAL - Ce qui a marqué Jean Glavany et Anne Sinclair de la commission d'enquête parlementaire qui interrogeait Jérôme Cahuzac ? Les tweets publiés par les députés depuis l'intérieur de la salle Lamartine, chargés de questionner l'ancien ministre. 

Invités du Grand journal de Canal Plus, le député et la directrice éditoriale du Huffington Post se sont indignés de ces messages envoyés en direct. Ils dénoncent des parlementaires qui sortent de leurs rôles. 

C'est l'ancienne journaliste qui sur le plateau commence à fustiger cette pratique, balançant les noms des parlementaires qu'elle vise : 

Ce qui m'a frappé, ce sont les tweets envoyés par des membres de la commission alors qu'ils étaient à l'intérieur même de l'enceinte. C'est à dire monsieur Fasquelle, député UMP, et monsieur Coronado, député Europe-Ecologie. C'est invraisemblable que des membres du Parlement donnent déjà leur sentiment au grand public et à leurs copains. 

Elle est soutenue par Jean Glavany, député socialiste et proche de Jérôme Cahuzac, qui considère que les parlementaires ont dans ce cas un "devoir de réserve" :

Comme membre du Parlement, je veux approuver ce que dit Anne Sinclair. C'est tout à fait inadmissible. On représente la Nation, on doit se tenir à un devoir de réserve et de silence. Ils ne sont pas les porte-paroles de cette commission d'enquête. La modernité peut faire faire des bêtises, la preuve ! 

Pendant l'audition de Jérôme Cahuzac, Daniel Fasquelle, député UMP et membre de la commission d'enquête a partagé avec ses abonnés quelques impressions personnelles : 

























Idem du côté du député écologiste, qui a publié sur Twitter son agacement : 

























Anne Sinclair ajoute qu'elle craint qu'il se "passe la même chose dans les salles de tribunal". C'était précisement ce qu'il c'était passé avec des tweets de journalistes depuis la salle d'audience new-yorkaise de son ex-compagnon, Dominique Strauss-Kahn.

Hasard ou coincidence, le site dont elle est la patronne a d'ailleurs, comme le Lab, embarqué ces tweets de députés pour informer ses lectures de l'audition de Jérôme Cahuzac. 

Pendant le débat sur le mariage homo, plusieurs députés s'étaient émus de l'utilisation des réseaux sociaux dans l'hémicycle. Patrick Ollier notamment avait demandé une modification du règlement pour que les députés cessent d'utilier Twitter pendant leurs travaux. 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus