Jean-Louis Borloo donne raison à son successeur UDI d’aller voir Emmanuel Macron en meeting à Lille

Publié à 11h30, le 13 janvier 2017 , Modifié à 11h30, le 13 janvier 2017

Jean-Louis Borloo donne raison à son successeur UDI d’aller voir Emmanuel Macron en meeting à Lille
Laurent Degallaix et Jean-Louis Borloo. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Pendant que les candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire tentent de populariser leur scrutin et leurs débats télé, Emmanuel Macron continue en parallèle son petit bonhomme de chemin de marcheur. Presque chaque jour, le fondateur de En Marche ! enregistre de nouveaux soutiens, comme dernièrement Corinne Lepage, Laurence Haïm ou encore Jean Pisani-Ferry. Qui seront les prochains ?

Peut-être Laurent Degallaix, successeur de Jean-Louis Borloo. Comme le relate L’Opinion ce vendredi 13 janvier, le député-maire UDI de Valenciennes sera présent au meeting du candidat à l’élection présidentielle samedi à Lille. Une présence qui ne vaut pas soutien mais qui indique que la démarche de l’ancien ministre de l’Economie titille de nombreux élus centristes. Il explique :

"

Il dit des choses qui m’interpellent et qui me plaisent. J’aurai une écoute attentive et citoyenne.

"

Surtout, cette affichage de Laurent Degallaix au meeting lillois d’Emmanuel Macron, de plus en plus installé comme le troisième homme de la présidentielle selon les enquêtes d’opinion, a été adoubée par Jean-Louis Borloo. Ainsi, quand l’élu UDI a prévenu son prédécesseur, désormais retiré de la vie politique, ce dernier lui a répondu :

"

Tu as raison.

"

De là à dire que Jean-Louis Borloo voit d’un bon œil l’aventure élyséenne d’Emmanuel Macron, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Mais toujours est-il que la candidature du leader de En Marche ! attire à l’UDI. Au lendemain de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite, des militants de l’UDI jeunes avaient décidé de rejoindre Emmanuel Macron, malgré leur suspension du parti de Jean-Christophe Lagarde. Tout comme Sylvain Maillard, élu UDI parisien.

Du rab sur le Lab

PlusPlus