Jean-Luc Mélenchon est persuadé que Nicolas Hulot partira du gouvernement "dans six mois"

Publié à 13h21, le 21 mai 2017 , Modifié à 13h43, le 21 mai 2017

Jean-Luc Mélenchon est persuadé que Nicolas Hulot partira du gouvernement "dans six mois"
Edouard Philippe avec son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, vendredi 19 mai en région parisienne. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Comme on est sympa au Lab, on va vous révéler un petit secret : Jean-Luc Mélenchon n’apprécie *pas trop* la nomination de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Le candidat de la France insoumise à l’élection présidentielle, aujourd’hui candidat aux législatives dans la 4 circonscription des Bouches-du-Rhône, pronostique même ce dimanche 21 mai le départ de l’écologiste "dans six mois"

Après avoir rappelé que Nicolas Hulot avait voté pour lui en 2012, Jean-Luc Mélenchon ne donne pas une très longue durée de vie de l’ancien présentateur de TF1 dans le gouvernement actuel. Invité de Dimanche en politique sur France 3, le patron de la France insoumise estime que "Nicolas Hulot ne mesure pas ce que sont les rapports de force politiques" :

"

Moi je garde mon estime à monsieur Hulot que j’ai le plaisir de connaître. Je pense qu’il est comme tout le monde, qu’il y a des moments dans la vie où vous vous posez des questions sur votre utilité, la manière de l’être […] Mais je crois que dans six mois il s'en va, si ça tient six mois ! Monsieur Hulot est un écologiste, il faut se rappeler de ça. Ce n’est pas le cas du Premier ministre qui est un nucléariste […] Le président de la République a été habile, il est tombé sur un monsieur Hulot qui était à un moment de sa vie où il avait envie de changer de régime et peut-être d’entrer dans le concret. Mais je pense que Nicolas Hulot ne mesure pas ce que sont les rapports de force politiques.

"

Pour Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Hulot ne tiendra pas longtemps aux côtés du Premier ministre, "un lobbyiste d'Areva et le président de la République s'est réjoui qu'EDF constuise la centrale nucléaire d'Hinckley Point en Angleterre".

Mais ce n’est pas la première fois que Jean-Luc Mélenchon souligne cette incompatibilité au sein du gouvernement d’Édouard Philippe. "Nicolas Hulot y va avec beaucoup de naïveté, il pense qu'il va changer tout à lui tout seul", avait déjà expliqué le quatrième homme de la présidentielle, jeudi 18 mai sur le plateau de L'Émission politique de France 2.

Du rab sur le Lab

PlusPlus