Johnny Hallyday : Pour Aurore Bergé, il y aura "autant de monde dans la rue" que pour les obsèques de Victor Hugo

Publié à 10h18, le 06 décembre 2017 , Modifié à 19h10, le 06 décembre 2017

Johnny Hallyday : Pour Aurore Bergé, il y aura "autant de monde dans la rue" que pour les obsèques de Victor Hugo
Aurore Bergé © Ludovic MARIN / AFP
Image Sylvain Chazot


Johnny est mort. Ces trois mots résonnent depuis ce mercredi 6 décembre et l'annonce de la disparition de l'idole des jeunes. Et les hommages se multiplient. Anonymes, artistes et même politiques, tout le monde a quelque chose à dire sur le décès de Johnny.

Invitée de Sud Radio ce mercredi matin, la députée La République en marche Aurore Bergé fait part de son émotion et de celle des autres. Immense, évidemment. L'élue LREM des Yvelines imagine même un hommage des plus grands pour l'interprète de Gabrielle. Elle dit :

Je crois qu'on n'était pas prêt, en fait. Quand je vois l'émotion que ça suscite, et elle est bien légitime, je pense qu'il y a aura je ne sais pas combien de personnes dans la rue présentes pour accompagner son départ. C'est peut-être comparable à ce qu'on avait connu – enfin ce que la France avait connu – pour Victor Hugo par exemple. C'est-à-dire qu'il y a une telle émotion qui traverse le pays, je pense que ça va être ce niveau de comparaison-là.

Une comparaison inattendue qu'Aurore Bergé répète peu après sur Twitter :

Oui. Je pense que le niveau d'émotion sera comparable. Que tu auras autant de monde si ce n'est plus dans la rue pour l'accompagner.

Les obsèques de Victor Hugo ont eu lieu le 1er juin 1885. On estime à environ 2 millions de personnes réunies, à l'époque, pour accompagner le corbillard dans les rues de Paris. Avant d'être transféré au Panthéon, le cercueil de l'auteur des Misérables avait été exposé sous l'Arc de Triomphe





[EDIT 16h27]

Sur LCP, Aurore Bergé a maintenu ses propos et fustigé "ceux qui méprisent l'émotion populaire" suscitée par la mort de Johnny Hallyday :



Ceux qui méprisent l'émotion populaire que sa disparition suscite [ne] comprennent pas ce pays. [...] Le parallèle que j'ai fait, c'est celui de l'émotion. [...] Je pense qu'il y aura énormément de monde pour accompagner l'hommage national qui lui sera rendu.

Le gouvernement réfléchit à l'organisation d'un hommage national, mais ne l'a pour l'heure pas encore officialisé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus