L'avortement est "un homicide"et "se traduit dans l'affaire Alstom" selon Christine Boutin

Publié à 10h18, le 28 avril 2014 , Modifié à 10h18, le 28 avril 2014

L'avortement est "un homicide"et "se traduit dans l'affaire Alstom" selon Christine Boutin
Christine Boutin. © Maxppp.

Il y a un mois, Christine Boutin expliquait au magazine Charles que l'homosexualité était une abomination. Des propos qu'elle avait ensuite regrettés. Cela ne l'a pas empêché, ce 28 avril, de se lâcher sur l'avortement sur RMC. Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur le positionnement pro-vie d'Alliance Vita, une association qu'elle a fondée, Christine Boutin déclare:

-Je suis et nous sommes favorable au respect de la vie de la conception à la mort naturelle, qu'on le veuille ou non. Et ceci n'entraîne pas de jugement de valeur vis à vis des femmes qui sont amenées à avorter, bien au contraire. Mais la suppression d'un embryon est effectivement la fin d'une vie humaine.
-C'est un homicide volontaire?
-Si vous voulez me faire dire que c'est un homicide volontaire, je vous dirai que c'est un homicide effectivement.

Le journaliste la relance mais Christine Boutin, de très longue date opposée à l'avortement, n'en démord pas:

-Un homicide volontaire l'avortement?
-C'est un homicide.

La candidate à la présidentielle de 2002, où elle avait recueilli 1,19% des suffrages, s'est ensuite livrée à une curieuse analyse reliant la vente de l'entreprise Alstom aux avortements:

La suppression de la vie au début, et bientôt ça sera à la fin de la vie, donne une dimension de valeur relative de l'homme qui se traduit dans le monde économique. Et l'affaire Alstom en est pour moi un exemple flagrant.

Du rab sur le Lab

PlusPlus