La boulette de Manuel Valls lors de sa défense de la loi Travail : "Un chômeur sur quatre a moins de 25 ans"

Publié à 17h24, le 06 mars 2016 , Modifié à 11h54, le 07 mars 2016

La boulette de Manuel Valls lors de sa défense de la loi Travail : "Un chômeur sur quatre a moins de 25 ans"
Manuel Valls © AFP
Image Sylvain Chazot


Manuel Valls veut avancer sur la réforme du droit du Travail. "Ce qui serait terrible, c'est le statu quo", jure-t-il ce dimanche 6 mars dans Le JDD. Tel Nicolas Sarkozy président, répétant que "la pire des injustices, c'est l'immobilisme", le Premier ministre veut agir. Pour qui ? Pour les jeunes évidemment. "C'est la jeunesse qui a le plus à gagner avec cette loi, car elle est la première victime du système actuel : précarité et CDD à répétition", martèle le chef du gouvernement dans l'hebdomadaire.

Pour bien faire passer son message, Manuel Valls dégaine alors un chiffre, une donnée aussi parlante qu'intolérable. Il dit :

La précarité, je la connais, je l'ai vue partout en France et notamment à Évry, chez ceux qui sont exclus de l'emploi, ballottés de petits boulots en petits boulots, qui triment. Voilà le quotidien de millions de Français. Le chômage de masse frappe durement. Il se concentre sur les jeunes et les moins qualifiés. Un chômeur sur quatre a moins de 25 ans.

"Un chômeur sur quatre a moins de 25 ans", selon Manuel Valls. Avec une donnée pareille, il semble donc vraiment nécessaire d'agir. Mais d'où le Premier ministre sort-il ce pourcentage ? De nulle part, répond Le Scan Éco du Figaro qui, à coup de chiffres siglés Pôle Emploi, corrige la boulette du Premier ministre.

Faisons un peu de mathématiques : selon les chiffres publiés par Pôle Emploi fin février, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A inscrits à Pôle emploi en janvier 2016 était de 3.552.600. Le nombre de chômeurs de moins de 25 ans était de 514.200.

D'où : 514.200 / 3.552.600 x 100 = 14,47 

Cela nous donne donc un taux de 14,5% de jeunes de moins de 25 ans inscrits à Pôle Emploi dans la catégorie A. On est donc loin du "chômeur sur quatre" présenté par Manuel Valls.

Si on inclut les inscrits en catégorie B et C, on arrive à un taux d'environ 14,3%.

Mais pourquoi le Premier ministre a-t-il dit qu'un "chômeur sur quatre a moins de 25 ans" ? Le Scan Éco a sa théorie et explique que le chef du gouvernement a sûrement confondu avec "le taux de chômage des jeunes actifs - qui tangente lui effectivement les 25% - avec la répartition par âge des chômeurs".

Mais, comme le précise le site internet, ce chiffre est lui-même biaisé car il ne concerne que les actifs et exclut les personnes scolarisées. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus