Rechercher

Ce 26 novembre, après avoir revu la liste des bureaux litigieux, la commission des recours donne un troisième résultat pour la présidence de l'UMP : Jean-François Copé est toujours déclaré vainqueur, cette fois-ci avec 952 voix d'avance.

>> Cliquez ici pour actualiser le live

[A suivre]Le feuilleton continue mardi matin dans les matinales.

Voici la liste des ténors de l'UMP qui ne manqueront pas de s'étriper de bon matin, par médias interposés (sous réserves de changements de dernières minutes) :

> 7h45 Michèle Tabarot, pro-Copé, sur Itélé

> 7h50 Eric Ciotti, pro-Fillon, sur France 2

> 7h50 Bernard Accoyer,  ancien président de l'Assemblée nationale , sur France Inter

 > 8h12 Nathalie Kosciusko-Morizet sur Itélé

> 8h15 Christian Estrosi, pro-Fillon  sur Radio Classique

> 8h15 Jean-François Copé sur France Info

> 8h20 Bernard Accoyer, encore, sur RFI

[21H29] La blague d'un député PS

Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis, revisite l'expression populaire empreinte d'humour noir : "pas de bras, pas de chocolat".

[21H12] Les fillonistes tweetent leur joie après la dépêche sur Sarkozy

Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, partisan de François Fillon, est - forcément - heureux des fuites sur le déjeuner Fillon-Sarkozy. 

@nicolassarkozy demande qu'on revote. Toujours aussi fier d'être sarkozyste! #UMP

— Christian Estrosi (@cestrosi) Novembre 26, 2012

Un quart d'heure plus tard, c'est un député partisan de François Fillon, Lionel Tardy, qui se réjouit en moins de 140 caractères de cette proposition "de bon sens" :

#UMP#TeamFillon#TeamCope ... Nicolas #Sarkozy estime préférable de revoter ... enfin un peu de bon sens is.gd/1Ym2AH

— Lionel TARDY (@DeputeTardy) Novembre 26, 2012

[21H05] Le débrief du déjeuner Sarkozy-Fillon : oui à un deuxième vote, non à un procès

L'Agence France Presse, citant des "sources concordantes" revient sur le déjeuner de Nicolas Sarkozy avec François Fillon ce lundi midi et assure que l'ancien chef de l'Etat a fait passer deux messages à son ancien premier ministre :

1) il serait préférable d'appeler les adhérents de l'UMP à voter une nouvelle fois pour sortir de l'impasse dans laquelle est plongé le parti

2) il déconseille à François Fillon de saisir la justice pour contester les résultats de l'élection.

Contacté par Le Lab, l'entourage de l'ancien chef de l'État ne dément pas.

[20h38] L'avocat de Fillon affiche sa détermination

Il va de soi que nous [...] n'arrêterons pas là, et que nous obtiendrons par la voie judiciaire la décision qui s'impose. [...] l'annulation du vote.

déclare François Sureau, l'avocat de François Fillon, à l'issue d'une audience devant le tribunal des référés de Paris portant sur la communication des documents électoraux.

Le tribunal rendra sa décision mardi à 10h.

[19h52] Le clan Fillon sort officiellement la carte "il faut revoter"

Dans une interview à paraître mardi dans Le Figaro, mise en ligne lundi soir sur leur site Internet, Eric Ciotti, président du conseil général des Alpes Maritimes et directeur de campagne de François Fillon appelle très clairement à un deuxième vote : 

Je ne vois qu'une seule issue possible à cette impasse: provoquer de nouvelles élections.La démocratie interne a été bafouée dans ce scrutin. Et le seul moyen de laver cet affront est d'organiser un nouveau scrutin exemplaire qui donnera à l'équipe élue sa légitimité et qui permettra de reconstruire l'unité de toute notre famille.Je suis convaincu que ce sont les militants qui ont maintenant la solution de la sortie de crise.

"On veut que les militants revotent, c'est la seule solution pour garantir l'unité" a martelé le président du conseil général des Alpes Maritimes sur les ondes d'Europe 1.

[19h38] Hollande parle de tout...sauf de l'UMP

Interrogé par l'AFP sur la crise à l'UMP, François Hollande répond, selon une dépêche notamment diffusé sur LePoint.fr  :  

Le gouvernement doit être encore plus exemplaire, et sur son mode de travail, et sur ses projets.

Il faut "faire le travail encore plus intensément", "notre idée, c'est d'aller vite" insiste le chef de l'Etat  concernant ses réformes en cours sur la compétitivité, les banques et la vie politique.

Une réponse, énigmatique et indirecte, dont Le Lab cherche à comprendre le rapport avec la guerre Fillon-Copé. 

[19H15] NKM plaide pour un nouveau vote

Invitée sur BFMTV, l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet répète qu'elle souhaite que l'UMP revote et se réjouit d'avoir récolté "plus de 16.000 signatures en quelques heures" en bas de sa pétition en ce sens.

Cette élection est considérée comme douteuse, contestée par un trop grand nombre de personnes. [...]Revoter n'est pas la solution idéale mais tout est préférable à la scission. 

La députée UMP de l'Essonne précise qu'elle s'est entretenue avec Nicolas Sarkozy ce lundi matin mais que l'ancien chef de l'État "ne l'a pas particulièrement demandé d'exprimer sa pensée sur ce sujet. Donc [elle] garde ce qu'elle en sait pour [elle]".

[18H30] Pendant ce temps là, à Nice...

Le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, pro-Fillon, live-tweete les "Assises de la proximité"de sa ville.

[18h25] Ouf, le site de l'UMP est à jour !

Un petit message sur twitter, à 18h01, et voilà le site internet de l'UMP à jour :

Une courte brève rend compte de la décision de la Commission des recours, mise à disposition pour embarquement et téléchargement. Jean-François Copé avait terminé son intervention média ... à 17h48. Réactivité.

Tout au long des opérations de vote, le site internet de l'UMP avait observé un pieux silence avant d'être à nouveau alimenté le 20 novembre et de se rendormir. Jusqu'à aujourd'hui.

Un document envoyé par mail à tous les sympathisants à 18H45.

[18h25] Le jeu des sept erreurs

26 novembre, 20 novembre, 18 novembre : c’est donc pour la troisième fois que Jean-François Copé a annoncé sa victoire, ce lundi 26 novembre.

On ne résiste pas, au Lab, à vous proposer un petit jeu des sept erreurs avec ces trois déclarations, toutes proclamées depuis le siège de l’UMP – elles sont dans l’ordre ante-chronologique, avec la plus récente en haut :

[18h20] Et pendant ce temps là à l’Assemblée…

Marie-Françoise Clergeau, députée socialiste de Loire-Atlantique, tweete:

[18h10] Jérôme Chartier, pro-Fillon : "L'UMP s'est transformé en Fort Chabrol"

<img src="http://i.imgur.com/NTiOF.jpg" alt="" width="100%" />

Nous ne reconnaissons pas l’annonce par la commission  des recours et c’est la raison pour laquelle l’objectif de François Fillon reste le même : obtenir la proclamation des résultats réels de l’élection. (...)La solution était la commission Juppé. Nous pensions pendant quelques jours qu’il y aurait une issue favorable pour préserver l’union et l’intégrité de l’UMP. Le résultat de ce soir nous confirme que l’UMP s’est transformé en Fort Chabrol.

> François Fillon va-t-il créer un nouveau groupe parlementaire pour prendre ses distances avec l'UMP version Copé ? Jérôme Chartier indique simplement qu'une réunion avec les parlementaires et les soutiens de François Fillon aura lieu mardi 27 novembre à 9h30 :

Jamais François Fillon ne se fera l’artisan de la division de l’UMP mais il n’est pas possible dans l’état actuel de faire confiance à une présidence de l’UMP qui n’est pas investie de façon légitime. C’est pourquoi demain matin à 9h30 il déterminera de la conduite à tenirà l’issu de l’annonce d’une victoire qui n’a aucune légitimité.

[18h00] François Fillon dénonce un "coup de force" de Jean-François Copé et une décision "illégale"

Après l'oubli des résultats de trois fédérations par la COCOE, une nouvelle fois Jean-François Copé se fait proclamer Président par un coup de force: François Fillon considère que la décision de la Commission Nationale de recours intervenue aujourd'hui est illégale.

[17h40]  Jean-François Copé prend la parole pour son troisième discours de président proclamé.

Il demande à François Fillon d'arrêter ses poursuites judiciaires et rappelle que seule la commission des recours est l'organe "légitime" pour statuer sur cette élection, contrairement à ce qu'avance l'ancien Premier ministre :

Cette commission des recours est un peu notre conseil constitutionnel. Elle a été créée par nos pères fondateurs. C’est la seule instance légitime pour trancher une élection.Jamais son intégrité et sa légitimé n’ont été mis en cause à ce jour. La composition est inchangée depuis des années, bien avant mon arrivée. (...)Au terme de ses travaux, en présence d’huissiers, d’avocats, la commission nationale des recours a confirmé mon élection. Elle a même constaté une avancée plus large en ma faveur. (...)Chacun doit désormais respecter votre vote et les statuts de notre famille, c’est la seule voie possible.Il appartient à chacun d’agir en conscience, de privilégier le pardon plutôt que la division, l’avenir plutôt que la rancœur. Moi devant vous, avec vous, je fais ce choix sans aucune ambigüité ni aucune arrière pensée. J’invite touts les membres de l’UMP à faire ce choix. Il n’y a ni vainqueur ni vaincu mais une seule et grande famille, l’UMP. (...)Je m’engage à composer un collège avec différentes personnalités de notre famille, qui aura pour mission de nous accompagner dans le travail d’apaisement.A nouveau, je vais proposer à François Fillon et à ses amis d’y participer. Nous avons besoin de lui. Je ne peux imaginer qu’il continue les poursuites judiciaires contre sa propre famille.

Jean-François Copé quitte le pupitre entouré de ses deux lieutenants, Michèle Tabarot (secrétaire générale de l'UMP) et Roger Karoutchi (directeur de campagne).

 (images BFMTV)

[17h30] Premier à réagir après l'officialisation des résultats, mais avant toute conférence de presse de la commission des recours ou de Jean-François Copé, le sénateur Pierre Charon se félicite de ce résultat. Et tente de dissuader François Fillon d'engager une action en justice.

Je me suis remémoré certaines affaires. Michel Charasse qui avait porté plainte contre son parti lorsqu’il avait été évincé du PS, il avait été débouté parce qu’il n’était pas passé par la commission des recours.Porter plainte le samedi matin avant les résultats, c’est au-delà d’inélégant quand on est un homme d’Etat.Nous avons une action en justice dans le XVe arrondissement, sur une triche presque avérée concernant un délégué de circonscription, ca fait quatre ans que ça dure. Il faut savoir finir les grèves.

[17h25]  Selon un communiqué de cette commission, Jean-François Copé l'emporte une nouvelle fois avec 952 voix d'avance.

Voici le communiqué mis en ligne par le journalisteBastien Hugues :

> les résultats de Mayotte et de Wallis-et-Futuna qui avaient été oubliés ont été réintégrés. En revanche, deux bureaux de Nice et ceux de Nouvelle-Calédonie, soupçonnés de fraude, ont été invalidés.

Un résultat qui ne change rien dans le litige opposant Jean-François Copé à François Fillon. Ce dernier a en effet déjà prévenu qu'il n'accorderait aucune légitimité à cette instance qu'il juge partial. Il souhaite l'invalidation des résultats.

La dernière arme de l'ancien Premier ministre est l'action en justice, commencée dès ce 26 novembre au matin par l'envoi d'un huissier au siège de l'UMP, mandaté par le vice-président du tribunal de Paris. Selon son avocat, le tout mènera à une action au civil pour annuler l'élection et en organiser une nouvelle.

Historique des résultats:

Jean-François Copé s'est proclamé président de l'UMP le 18 novembre au soir avec mille voix d'avance. Le lendemain, la commission de contrôle de l'UMP (Cocoe) confirmait ce résultat positif avec cette fois-ci seulement 98 voix de plus que son adversaire, pour un score final de 50.03% contre 49.97%.

Entre temps, le camp Fillon a contesté ces résultats, argué que trois bureaux de vote en Outre-Mer n'avaient pas été comptabilisés, demandé une médiation avortée et promis de saisir la justice.

Du rab sur le Lab