La consigne de Hollande aux ministres pour les législatives : "Il faut rester ensemble"

Publié à 07h24, le 08 mai 2017 , Modifié à 07h26, le 08 mai 2017

La consigne de Hollande aux ministres pour les législatives : "Il faut rester ensemble"
François Hollande © ALAIN JOCARD / AFP
Image Etienne Baldit


TOUS ENSEMBLE, TOUS ENSEMBLE - François Hollande avait convié l'ensemble du gouvernement et de son cabinet à l'Élysée pour la soirée électorale du second tour de la présidentielle, dimanche 7 mai. "Une vingtaine de ministres" ont finalement répondu présents, d'après le récit qu'en fait Paris Match ce lundi. Et si tout le monde s'attendait plus ou moins à la victoire d'Emmanuel Macron, les deux questions qui restaient à régler étaient : avec quel score ? et quid des législatives ?

S'allier ou non avec En Marche !, qui deviendra bientôt un parti du nom de "La République En Marche" ? La question ne devrait pas manquer de tarauder un certain nombre de socialistes ces prochains jours. Et le chef de l'État avait quelque chose à dire à ses invités (dont une bonne partie se présente aux législatives) à ce sujet. Voilà ce qu'il a préconisé "en substance", d'après Paris Match :

On ne choisit pas, on est pour la réussite du prochain quinquennat, mais il faut rester ensemble.

Un brin cryptique tout de même... D'après l'hebdomadaire, cela équivaut à appeler les élus PS à "ne pas se dissoudre dans la majorité Macron". Ce que certains ministres - tels Stéphane Le Foll ou Najat Vallaud-Belkacem - ont commencé à dire sur les plateaux télé dès dimanche soir, contrairement à d'autres comme Ségolène Royal.

Jean-Marie Le Guen, très proche de Manuel Valls et idéologiquement compatible avec Emmanuel Macron, a d'ailleurs franchement dit à François Hollande sa désapprobation quant à cette consigne. Cité par Paris Match, le secrétaire d'État au Développement international, au Développement et à la Francophonie a expliqué comme il le pense :

Je ne suis pas d’accord. Il y a une dynamique pour Macron. Il faut être dans la majorité. On n’a pas le rapport de force en notre faveur pour rester sur le côté !

Le "troisième tour" de la présidentielle est définitivement lancé. Et la survie du PS est en jeu.





À LIRE SUR LE LAB :

Présidentielle : François Hollande "félicite chaleureusement" Emmanuel Macron après sa victoire

Du rab sur le Lab

PlusPlus