La folle soirée de François Hollande pendant Allemagne-France (où on a éclaté les Allemands)

Publié à 07h07, le 08 juillet 2016 , Modifié à 12h46, le 08 juillet 2016

La folle soirée de François Hollande pendant Allemagne-France (où on a éclaté les Allemands)
François Hollande © FRANCK FIFE / AFP
Image Sylvain Chazot


Il y a des soirées dont on se sait, à peine fut-elle entamée, qu'elle sera  remémorée, évoquée, racontée encore et encore dans des années. Jeudi 7 juillet, sous le ciel de Marseille, la France a battu l'Allemagne en demi-finale de l'Euro. Cette phrase est à ce point douce à lire qu'il convient de l'écrire à nouveau : la France a battu l'Allemagne en demi-finale de l'Euro.

Parmi tous les Français qui y ont assisté, que ce soit au Vélodrome ou devant un poste de télévision, il en est un qui a vécu passionnément la rencontre : François Hollande.

C'est une évidence,  avant le match, écharpe tricolore autour du cou, chantant La Marseillaise, le chef de l'État était un peu comme nous : tendu.




À côté, Manuel Valls qui, en tant que supporter du Barça, est un habitué des grandes rencontres, semblait moins contrit.




Le penalty sifflé en toute fin de première mi-temps pour une main de Bastian Schweinsteiger a libéré tout le monde, surtout après qu'Antoine Griezmann l'a transformé. Lorsque l'attaquant français a doublé mise à la 72e minute, le pays pouvait exulter. Et son président avec, quitte à bousculer le chef de la FFF Noël Le Graët.





Il fallait ensuite serrer les rangs, faire le dos rond et empêcher les Allemands de revenir après nous avoir fait croire que l'on pouvait l'emporter. Nos voisins ont beau être aussi des amis, ils nous ont déjà réservé ce genre de torture. Mais qu'a-t-on dit au Dieu du football ? Not today. Non, pas aujourd'hui. Ce 7 juillet, la victoire n'était que française.

Cela valait bien un commentaire du président de la République sur TF1 après le match :

Que cela a été dur en première mi-temps, mais l'équipe a été solide et Griezmann exceptionnel. […] C'est une belle victoire mais le plus dur nous attend !

Puis il s'est offert une séance de selfies avec le public du Vélodrome.




Un peu plus loin, le chef de l'État faisait même son gros fan en posant avec André-Pierre Gignac.  




À cet instant, on pouvait se demander : lequel des deux était le plus heureux de poser avec l'autre ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus