La France insoumise prend la tête à "Society" à cause de la promotion d'une interview de Mélenchon

Publié à 18h11, le 08 juin 2017 , Modifié à 18h59, le 08 juin 2017

La France insoumise prend la tête à "Society" à cause de la promotion d'une interview de Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon © AFP
Image Sylvain Chazot


Jean-Luc Mélenchon a accordé une looooongue interview au magazine Society, en vente vendredi 9 juin et dans laquelle, notamment, le quatrième homme de la présidentielle 2017 : 1) s'en prend comme jamais à François Hollande et 2) refait une énième fois le match du premier tour en arguant que, s'il avait été au deuxième, il aurait remporté la présidentielle contre n'importe qui.

La modestie n'est pas la caractéristique première de Jean-Luc Mélenchon. Ce qui l'est un peu plus, en revanche, c'est sa révulsion des journalistes et du journalisme. Son mouvement n'a donc pas apprécié que le magazine Society utilise des morceaux de l'interview de leur leader pour faire "le buzz" – voire même blague, marque de fabrique de la publication sur les réseaux sociaux. Comment ? Un média qui ferait de la com' pour vendre son contenu ? Et puis quoi encore ?

C'est Sophia Chikirou, directrice de la communication de campagne de Jean-Luc Mélenchon, qui lance les hostilités. Sur Twitter, ce jeudi, elle accuse Society de "juste vouloir vendre du papier". Son premier tweet dans lequel elle incitait les gens à ne pas acheter le magazine a été supprimé mais un deuxième subsiste. "Ce n'est pas l'article qui pose problème : Society fait une campagne de pub dans le seul but de buzzer, sans lien avec le fond", écrit-elle…



Le compte de la France insoumise prend le relais et diffuse l'intégralité de l'interview en image. Puis décide là encore de retirer son tweet. "Suite aux menaces de Society, nous retirons la publication de leur article sur Jean-Luc Mélenchon", écrit le mouvement.

Suit un autre message :

Society utilise Jean-Luc Mélenchon pour faire du buzz sans lien avec le fond, ce n’est pas notre conception du journalisme.

Nous nous retrouvons donc avec un mouvement politique qui accuse le magazine qui a longuement interviewé son leader de faire la promotion de cet entretien afin que le magazine soit acheté et donc l'interview lue. Perso, on résume cette situation ainsi :  ¯\_(ツ)_/¯

Du rab sur le Lab

PlusPlus