La gêne de Bruno Retailleau face à l’affiche polémique de La Manif pour tous contre la PMA

Publié à 09h28, le 10 octobre 2017 , Modifié à 09h28, le 10 octobre 2017

La gêne de Bruno Retailleau face à l’affiche polémique de La Manif pour tous contre la PMA
© Gif le Lab
Image Amandine Réaux


La nouvelle campagne visuelle de La Manif pour tous contre la gestation pour autrui (GPA) et la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et/ou homosexuelles fait grand bruit. "Après les légumes OGM, les enfants à un seul parent ?", s’interroge de manière hautement provocatrice le mouvement, comparant donc OKLM les enfants nés de fécondation in vitro (FIV) à des légumes génétiquement modifiés.

Diffusée depuis début octobre, cette campagne pourtant très commentée est passée sous les radars de Bruno Retailleau. "Non, je l’ai pas vue", assure le patron des sénateurs LR au micro de France Inter, ce mardi 10 octobre. Et lorsqu’on la lui décrit, ce proche de François Fillon, figure d’opposition au mariage pour tous, est embarrassé. S’il n’approuve pas la comparaison, il insiste sur l’opposition sur le fond :



Les enfants ne sont pas des légumes, évidemment. Simplement, je pense qu’en matière de PMA, cette extension nous conduira à un moment ou à un autre, sous prétexte d’égalité, à ouvrir la porte à la GPA.

Faut-il alors retirer cette affiche "profondément offensante", comme l’a demandé la secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa ? Bruno Retailleau n’y est pas favorable. Sauf qu’il n’arrive pas à le dire et commet un lapsus :



- Bruno Retailleau : Mais moi, je ne suis pas contre la censure. C’est toujours les mêmes : les censures, les censures, les censures. Très bien.

- Journaliste : Vous avez dit : 'Je ne suis pas contre la censure.' [Rires]

- Bruno Retailleau : Noooon. Je pense que c’est toujours les mêmes qui font profession de tolérance qui peuvent se montrer très intolérants.


Opposé au mariage pour tous lors des débats sur la loi Taubira en 2013, Bruno Retailleau a encore défilé dans les rangs de La Manif pour tous en octobre 2016. Dans le projet présidentiel de son candidat François Fillon, soutenu par Sens commun, figurait la réécriture de cette loi.

L’an prochain, le gouvernement ouvrira le débat sur l’ouverture de la "PMA pour toutes". Depuis cette annonce faite mi-septembre, les opposants sont vent debout. "La GPA n'est pas à l'ordre du jour" et ne sera "pas proposée par le gouvernement au cours de ce quinquennat", a en revanche assuré Marlène Schiappa. Les deux procédures sont cependant souvent amalgamées par les opposants.







À LIRE SUR LE LAB :

> Affiche de La Manif pour tous contre la PMA : "Les fachos sont de retour", lance Luc Carvounas

Du rab sur le Lab

PlusPlus