La grande méfiance d'Arnaud Montebourg envers le pouvoir le pousse à chiffrer ses messages

Publié à 16h07, le 14 juillet 2016 , Modifié à 16h32, le 14 juillet 2016

La grande méfiance d'Arnaud Montebourg envers le pouvoir le pousse à chiffrer ses messages
Arnaud Montebourg conversant par Telegram avec d'autres patriotes © BERTRAND GUAY / AFP

Ils sont nombreux – et pour la plupart ambitieux - à avoir changé leurs habitudes et opté pour l'application Telegram pour, désormais, converser par voie numérique. Cette application gratuite a été inventée par des Russes peu friands des agissements des services secrets pilotés par le Kremlin. Et c'est avec le même état d'esprit qu'Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron, François Fillon ou encore Jean-Luc Mélenchon ont décidé d'utiliser Telegram pour converser.

L'Express rapporte ce 14 juillet comment et pourquoi plein de candidats à l'élection présidentielle, mais pas que, préfèrent désormais passer par ce système de communication sécurisé. Parmi eux, il y a Arnaud Montebourg, ambitieux s'il en est même s'il réserve l'annonce de sa candidature à la présidentielle pour l'été. Si l'ancien ministre du Redressement productif préfère Telegram à toute autre application de messagerie, c'est parce qu'il n'a pas une totale confiance dans le pouvoir. Étonnant puisque ce sont ses copains du PS qui tiennent les manettes. À moins que justement…  

Il dit :

"

On connaît l'appareil d'Etat et ses dévoiements. Il faut se méfier du pouvoir en place... et des suivants. Sans oublier le risque que représentent certaines sociétés privées d'espionnage, qui n'ont pas de limite.

 

"

Le n°2 d'Habitat connaît les failles des systèmes de communication mainstream. L'agence de sécurité informatique du gouvernement lui avait expliqué, quand il était ministre, à quel point il était facile de récupérer des données échangées entre particuliers. "Les experts m'avaient montré comment on peut être enregistré et même filmé à distance et à son insu, à partir de son propre téléphone portable... et alors même qu'il est éteint !", raconte-t-il à L'Express.

Le problème est qu'une fois cette utilisation connue, autant s'afficher avec une pancarte "j'ai quelque chose à cacher" autour du cou. C'est en tout cas ce qu'a fait remarquer un ancien élu PS à l'ex-ministre du Redressement productif. "Alors, on prépare un mauvais coup ?" lui a-t-il demandé après avoir vu qu'Arnaud Montebourg avait installé Telegram.

 

 

[BONUS TRACK] Telegram 2017

La secrétaire d'État au Numérique Axelle Lemaire n'utilise pas Telegram. Elle s'étonne d'ailleurs qu'autant de ses collègues le fassent. "Je ne sais pas si ces personnalités sont à ce point inquiètes de la confidentialité de leurs échanges pour se protéger ainsi, mais moi, à titre personnel, je ne l'utilise pas", dit-elle.

Elle ajoute :

 

"

Cela prouve bien que je ne suis pas candidate pour 2017... ou que d'autres le sont.

"

Pense-t-elle à son ministre de tutelle, Emmanuel Macron ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus