La grosse bagarre entre Anne Hidalgo et Valérie Pécresse sur les parkings relais aux portes de Paris

Publié à 12h41, le 07 septembre 2017 , Modifié à 12h45, le 07 septembre 2017

La grosse bagarre entre Anne Hidalgo et Valérie Pécresse sur les parkings relais aux portes de Paris
Valérie Pécresse et Anne Hidalgo. © AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Après l'installation d'une piste-cyclable sur la voie Pompidou, aux bords de la Seine, la maire de Paris Anne Hidalgo est la cible de moultes attaques. Imaginez, à cause de la maire socialiste de Paris, il n'y a plus qu'une voie pour les voitures. La capitale serait en passe de devenir un embouteillage géant.

Alors, Anne Hidalgo fait la tournée des médias pour expliquer sa démarche, écologiste avant tout. Ce jeudi 7 septembre, l'édile s'est ainsi rendue chez Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV/RMC. Elle expose l'idée de développer les parkings relais aux abords de Paris, pour faciliter l'accès aux transports en commun aux banlieusards.

Anne Hidalgo développe :



Pourquoi pas des parkings relais ? Au mois de mai dernier, mon adjoint Christophe Najdovski‏ a écrit à la présidente de la région [Valérie Pécresse, NDLR]. Il y a aujourd'hui aux portes de Paris 8000 places de parkings non-occupées. Et nous avons proposé à la présidente de la région, dans un courrier, de pouvoir mobiliser ces places de parking pour permettre à celles et ceux qui ont besoin de laisser leur voiture à l'extérieur de Paris pour prendre ensuite tous les autres moyens de transport de pouvoir le faire. Voilà. Il faut aussi remettre les choses au bon endroit, dans la bonne responsabilité.


A la suite de cette déclaration, Valérie Pécresse a réagi, via Twitter, affirmant :



Enfin Anne Hidalgo accepte ma proposition d'installer des parkings aux portes de Paris. Il faut faire vite, il y a urgence !








Un entrain qui n'a visiblement pas beaucoup plu à l'adjoint aux transports à la mairie de Paris, Christophe Najdovski‏, qui lui a répondu illico :



On aimerait bien que ça aille plus vite en effet... Notre courrier, sans réponse de votre part Valérie Pécresse, date du 5 mai : on s'y met








Christophe Najdovski‏ ajoute à son tweet le fameux courrier en question, celui-là même qu'évoquait Anne Hidalgo ce jeudi matin. Contacté par le Lab, l'adjoint EELV déplore l'attitude de Valérie Pécresse :



On est dans de la communication, malheureusement, plus que dans du travail en commun. Il faut sortir des postures et travailler concrètement. Anne Hidalgo avait déjà dit au printemps qu'elle était prête, on avait pris les devants en envoyant cette lettre. On aurait pu concrétiser les choses sur ces parkings dès cet été. Valérie Pécresse s'adresse aux journalistes mais pas à nous. On ne peut pas travailler par journalistes interposés.


Du côté de la présidence de région, on assure au Lab que c'est la mairie de Paris qui a la balle dans son camp :



Nous avons présenté dès le 15 mars une série de mesures compensatoires nécessaires pour accompagner la fermeture des voies sur berges avec notamment la création de parkings aux portes de Paris. Le 29 juin, il y a eu un rendez-vous entre Valérie Pécresse et Anne Hidalgo où il en a été question. Madame Hidalgo avait promis d'envoyer une liste de parkings et de revenir vers nous. Pas de nouvelle depuis.

La nouvelle disposition des voies sur berges déchaînent les passions à Paris. La députée LREM Aurore Bergé s'était déjà moquée de la piste cyclable de la voie Pompidou, la filmant vide alors que cette piste n'est pas encore ouverte au public. Une attaque gentillette à côté des commentaires de l'extrême droite. D'ailleurs, Anne Hidalgo en est convaincue : on l'attaque parce qu'elle est une femme, de gauche et d'origine espagnole.

Du rab sur le Lab

PlusPlus