La grosse charge de Macron contre Mélenchon sur les "ratés du suffrage universel", article le plus lu de la semaine

Publié à 17h08, le 01 octobre 2017 , Modifié à 17h34, le 01 octobre 2017

La grosse charge de Macron contre Mélenchon sur les "ratés du suffrage universel", article le plus lu de la semaine
© Montage le Lab

#BESTOFHEBDO - Et voici venue l’heure, comme chaque week-end et chaque dimanche, de notre tant attendu Top Hebdo, le classement des articles les plus lus de la semaine sur le Lab.

Cette semaine, c'est la grosse charge d'Emmanuel Macron contre Jean-Luc Mélenchon. Le Président qualifie de "ratée" la manifestation du 23 septembre contre les ordonnances, à l'appel de LFI. Mais ce n’est pas tout…

#1 Mélenchon-bashing présidentiel

Mercredi 27 septembre, Emmanuel Macron explique à ses proches combien il est excédé par le comportement de Jean-Luc Mélenchon, à l'origine d'une manifestation le 23 septembre "contre le coup d'État social" que prépare, selon La France insoumise, le gouvernement. Le chef de l'État ne cache pas son exaspération face au comportement  de Jean-Luc Mélenchon. En plus de juger le rassemblement du 23 septembre "raté", Emmanuel Macron ajoute : "Les révolutionnaires sont souvent des ratés du suffrage universel. Son modèle, c'est Maduro et son Assemblée constituante. C'est pour ça qu'il appelle à une Constituante en France !"

[A LIRE ICI]

 

#2 Un yacht ? Quel yacht ?

Malaise dans la majorité. C'est un point de la réforme de l’ISF qui fait débat, celui concernant les yachts, voitures de luxe, lingots ou chevaux de course, qui sont sortis du patrimoine taxé, le nouvel impôt se concentrant désormais sur la pierre. Au sein de la majorité, on redoute un effet "yacht" désastreux dans l’opinion. Interrogée jeudi 28 septembre, l’ex-ministre Barbara Pompili (ex- EELV) semble un peu mal à l’aise. Elle explique : "En fait, je crois que l’idée n'était pas de faire échapper les yachts à l’imposition. Le problème, c’est qu’ils ont voulu faire simple : l’immobilier d’un côté, le reste de l’autre."

[A LIRE ICI]

 

#3 Réécris l’histoire

Au soir du premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril, Jean-Luc Mélenchon n'avait pas donné de consigne de vote, déclarant simplement : "Chacun, chacune, d’entre vous sait en conscience quel est son devoir. Dès lors, je m’y range. Je n’ai reçu aucun mandat des 450.000 personnes qui ont décidé de présenter ma candidature pour m’exprimer à leur place sur la suite." Mais le 28 septembre, ce même "JLM" a donné une toute autre version, arguant : "Le soir du résultat, j’ai dit qu’il ne fallait pas qu’il y ait une seule voix pour madame Le Pen".

[A LIRE ICI]

 

#4 LFI = islamo-gauchisme

Ambiance *légèrement* tendue à l'Assemblée nationale. Lors de la discussion d’un amendement sur la fermeture des mosquées salafistes, le député LR Guillaume Larrivé s’en est pris aux députés de La France insoumise, les traitant d'"islamo-gauchisme". Réponse de Danièle Obono, députe LFI : "Monsieur Larrivé, je ne vous permets pas de vous adresser à nous de cette manière [...] nous ne faisons pas l’insulte de dire que vous seriez des 'christiano-fascistes'". Un bien beau débat parlementaire...

 

[A LIRE ICI]

 

#5 Minority Reporter

 

Raquel Garrido, dont on ne sait plus si elle est avocate, militante LFI ou journaliste, a fait preuve d'une mauvaise foi absolue cette semaine au sujet de la manifestation contre les ordonnances. Lors du dernier numéro des Terriens du dimanche, diffusé dimanche 24 septembre, elle a vanté à trois reprises le succès de la manifestation organisée par LFI samedi. Problème : l'émission est enregistrée le jeudi. Ainsi, Raquel Garrido vante le succès d'une manifestation qui n'a pas encore eu lieu. Et si l'histoire aurait pu s'arrêter là, l'insoumise a pris la mouche et a passé une bonne partie de soirée de mardi à se justifier sur Twitter, faisant preuve d'un talent certain dans la maîtrise de la mauvaise foi, car après tout, elle avait "raison".

 

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus