La lettre de Bayrou à Hollande et Sarkozy

Publié à 20h46, le 25 avril 2012, Modifié à 20h46, le 25 avril 2012

La lettre de Bayrou à Hollande et Sarkozy
Capture d'écran du site de Bayrou.
Image Paul Larrouturou

Par

DOCUMENT - François Bayrou a mis en ligne ce mercredi soir sur son site sa lettre publique adressée aux deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle : François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP).

  1. 1

    "Je vous demande instamment de réfléchir à ce péril et d’envisager des mesures crédibles pour l’écarter s’il est encore temps. "

    Sur bayrou.fr

    Voici le début de la lettre ouverte de François Bayrou, qui a recueilli 9,13% des suffrages, dimanche 22 avril. Deux pages qui synthétisent les principales mesures de chaque grande thématique de campagne du candidat centriste : la "règle d'or", l'éducation, l'Europe et la moralisation de la vie politique.

    Vous participez au second tour de l’élection présidentielle. Il me paraît normal de vous rappeler ce qui a été essentiel pour les plus de trois millions d’électeurs qui m’ont apporté leur suffrage au premier tour.Le premier élément crucial pour eux et pour moi aura été la vérité sur la situation du pays, la prise en compte de la réalité des faits.Je ne crois nullement que la crise financière soit derrière nous. Je pense au contraire que la crise est devant nous, et qu’elle sera très dure. Je pense que les déficits, commerciaux et budgétaires, qui s’accumulent pour notre pays menacent à court terme notre modèle social et que la multiplication des promesses non financées aggravera encore ce risque.Et parce que nous allons vivre ces moments difficiles, l’attitude personnelle des gouvernants comptera beaucoup. C’est une question de valeurs, personnelles autant que politiques. Depuis des années, c’est la violence des attitudes et des mots, la guerre d’un camp contre l’autre, la complaisance à l’égard des extrêmes qui caractérisent notre pays. Le refus de la violence perpétuelle dans la vie politique, les valeurs de respect des sensibilités différentes, la reconnaissance du pluralisme, la recherche de l’équilibre, sont la condition nécessaire à l’esprit d’unité nationale dont nous aurons besoin face à la crise.C’est ainsi, et seulement ainsi, par la vérité et l’unité que la France pourra regarder en face les conditions de son redressement. Et d’abord de son redressement financier. Or la recherche de l’équilibre des finances publiques n’est obtenue dans vos deux projets que par l’affichage d’une croissance impossible à court terme. Je vous demande instamment de réfléchir à ce péril et d’envisager des mesures crédibles pour l’écarter s’il est encore temps.

    Cliquez sur l'image pour lire la suite de la lettre ouverte de François Bayrou 

Du rab sur le Lab

PlusPlus