La lettre de réponse de Nicolas Sarkozy à François Bayrou

Publié à 20h25, le 27 avril 2012, Modifié à 10h35, le 28 avril 2012

La lettre de réponse de Nicolas Sarkozy à François Bayrou
Capture d'écran de la fin de la lettre de réponse de Nicolas Sarkozy à François Bayrou, le 27 avril 2012. (Le Lab)
Image Paul Larrouturou

Par

DOCUMENT - Son site internet est cassé. Mais Nicolas Sarkozy a rendu publique vendredi 27 avril sa lettre de réponse à François Bayrou. Sept pages pour défendre son bilan et répéter qu'il partage bien des choses avec le patron du Modem.

Mais surtout, le président-candidat promet en cas de victoire de "saisir les Français par référendum des propositions que [François Bayou a] formulées".

  1. 1

    "Je suis tout à fait disposé à saisir les Français par référendum des propositions que vous avez formulées."

    Sur scribd.com

    François Bayrou a mis en ligne mercredi soir une lettre ouverte à l'attention des deux candidats sélectionnés au second tour : François Hollande et Nicolas Sarkozy. 

    Nicolas Sarkozy a été le premier à mettre en ligne sa réponse sur son site, deux jours plus tard, ce vendredi 27 avril. François Hollande, lui, a répondu par médias interposés. 

    Sur la forme, le président-candidat multiplie les formules de séduction  :"Comme vous, je reconnais les efforts des Français dans la crise. Comme vous, je ne leur dissimule rien de ce qu'il reste à faire." ou autre "je partage votre préoccupation" et "je partage votre analyse sur ce que vous appelez très justement la "crise de l'éducation".

    Sur le fond, le président-candidat présente son bilan et son projet au seul prisme de ce qui pourrait plaire à l'électorat centriste. Et se défend des critiques souvent entendus pendant la campagne, comme les accusations de "populisme".

    Parmi les points de son programme que Nicolas Sarkozy met en avant pour séduire l'électorat de François Bayrou, citons par exemple :

    • - un éventuel référendum pour l'adoption d'une règle d'or gravée dans la Constitution

    • - un chiffrage qui se veut "extrêmement précis et rigoureux" 

    • - une "stratégie du double effort"

    • - un projet de loi sur la prévention des conflits d'intérêts au gouvernement et à l'Elysée "dans les premières semaines de la prochaine législature"

    Sur cette question de la moralisation de la vie politique, Nicolas Sarkozy se dit désormais prêt à soumettre par référendum les propositions de François Bayrou. 

    Extrait de la missive présidentielle :  

    Vous souhaitez que cette moralisation de la vie publique soit soumise au référendum. L'expérience prouve qu'aucours des années récentes, le Parlement a voté de nombreuses lois d'amélioration de l'éthique de notre vie politique.Chacun sait par ailleurs qu'un référendum peut difficilement être organisé sur un trop grandnombre de mesures.Toutefois, et sous cette réserve, s'il venait à y avoir un blocage sur ce sujet, je suis tout à fait disposé à saisir les Français par référendum des propositions que vous avez formulées.

     Le Lab vous propose de lire ci-dessous la lettre en intégralité : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus