La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal raconte n'importe quoi sur la laïcité

Publié à 15h33, le 07 janvier 2018 , Modifié à 17h48, le 07 janvier 2018

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal raconte n'importe quoi sur la laïcité
Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur. © Patrick KOVARIK / AFP
Image Loïc Le Clerc


La laïcité. Cette exception française que nombre de pays nous envient, mais qui fait toujours autant débat en France. On pourrait presque s'interroger : la laïcité, combien de divisions ?

Bien souvent, ce n'est pas tant l'application de la laïcité, ni même sa dimension historique ou philosophique qui sont au cœur des discussions politiques. Simplement sa définition.

Exemple. Invitée de France 3, ce dimanche 7 janvier, Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, déclare ceci :

La laïcité, c'est pas 'je mets en avant ou j'oppose telle religion et telle religion'. La laïcité, c'est la liberté de conscience, c’est mettre dans la sphère privée, et uniquement la sphère privée, les convictions philosophiques, religieuses, etc., des individus. Pour garantir que ces convictions, ils puissent continuer à les avoir, mais elles n'ont pas à rentrer dans la sphère publique.

Passons sur l'idée de "mettre dans la sphère privée, et uniquement la sphère privée, les convictions philosophiques", pour se concentrer sur la notion de laïcité via-à-vis des religions.

Que disent les textes ?

- Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789, article 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.

- Constitution du 4 octobre 1958, article 2 : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.

- Loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l'État, article 1er : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes, sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.

On trouve même sur le site du gouvernement une définition de la laïcité par l'Observatoire de la laïcité : "La laïcité repose sur trois principes et valeurs : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions."

Le port d'un voile, d'une kippa ou même d'une soutane en pleine rue est donc autorisé en France, tant que cela ne créé pas de troubles à l’ordre public. Nulle part il n'est écrit que "la laïcité, [...] c’est mettre dans la sphère privée, et uniquement la sphère privée, les convictions religieuses", convictions qui n'auraient "pas à rentrer dans la sphère publique". Ce serait même la définition de l'exact inverse de la laïcité. Interdire tout signe ou symbole religieux dans l'espace public, à part le Front national, aucun parti ne propose une telle réforme.

Le pire dans tout ça, ce n'est pas que la ministre de l'Enseignement supérieur se trompe au moment de définir la laïcité. C'est que quelques minutes plus tôt, lors de la même interview, Frédérique Vidal répondait à la question "pour ou contre l'interdiction du voile à l'université ?", en ces termes :

Je suis profondément attachée à la loi de 1905. Je trouve que cette loi dit tout. Pas besoin de la changer. Elle répond à la question. On a affaire à des adultes. L'idée, c'est que le trouble à l'ordre public, le prosélytisme doivent être combattus. Ensuite, la façon dont les gens s'habillent pour venir à l'université...

Donc, pour résumer la *pensée complexe* de Frédérique Vidal : pas besoin de loi sur le voile à l'université, mais pas de signes religieux dans l'espace public. Musulmanes : il va donc falloir ôter votre voile en sortant de l'Université française (ou pas).

LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

Laïcité : "La loi de 1905 est une loi de liberté"

LIRE AUSSI SUR LE LAB

VIDÉO – Marine Le Pen vous offre une minute de grand n'importe quoi sur la laïcité









[EDIT 17H45]

Dans l'après-midi, la ministre de l'Enseignement supérieur a tenu à préciser sa position sur la laïcité. Frédérique Vidal tweete :

Ayons des échanges sereins sur ces questions. La laïcité, c'est la liberté de croire ou de ne pas croire et de l'exprimer dans le respect de l'ordre public.






Ce dimanche matin, cette même ministre assurait que les convictions religieuses "n'ont pas à rentrer dans la sphère publique".

Du rab sur le Lab

PlusPlus