La petite blague de Nicolas Sarkozy pour réagir à l’espionnage de Thierry Solère par la DGSE

Publié à 08h56, le 13 avril 2016 , Modifié à 09h20, le 13 avril 2016

La petite blague de Nicolas Sarkozy pour réagir à l’espionnage de Thierry Solère par la DGSE
Nicolas Sarkozy. © Sebastien Bozon via AFP

Selon Le Monde, Thierry Solère, alors candidat dissident UMP aux législatives contre le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a été espionné en 2012 par le DGSE. Des accusations auxquelles ne croit pas trop Nicolas Sarkozy, chef de l’Etat au moment des faits, en 2012.

En déplacement en Inde, le président de Les Républicains s’est tout d’abord étonné de ces révélations, comme le rapportent ce mercredi 13 avril Europe 1 et France Info. Nicolas Sarkozy a ainsi pris la défense de celui qui fut, avant d’être son ministre, son secrétaire général de l’Elysée :

"

Vous imaginez le ministre de l’Intérieur faire appel à la DGSE alors qu’elle dépend du ministère de la Défense ? C’est dément.

"

Une ligne de défense aussi adoptée par Claude Guéant, qui était en présence d’un journaliste de Marianne lorsqu’il a appris la une du Monde. "Les écoutes de la DGSE sont décidées par le Premier ministre sur proposition du ministre de la Défense. Il y a une procédure pour ça. Pourquoi écouter hors procédure une personnalité politique ?" a réagi l’intéressé auprès de l’hebdomadaire avant de dénoncer, sur Europe 1 ce mercredi, "une diversion et une manipulation".

Mais Nicolas Sarkozy, lui, va plus loin... dans la dérision. Et s’amuse à blaguer sur l’omniprésence médiatique de Thierry Solère, aujourd’hui grand organisateur de la primaire de la droite (à laquelle, rappelons-le, Nicolas Sarkozy n’est pas encore officiellement candidat) et de fait grand squatteur des matinales radios et TV :

"

Et puis Thierry Solère s'exprime six fois par jour à la télé, si on avait voulu le tracer, ça aurait été simple.

"

Sauf qu’en 2012, à l’époque des faits incriminés, Thierry Solère n’est "que" conseiller général des Hauts-de-Seine et pas encore un invité régulier des radios et des chaînes d’infos. Quoi qu’il en soit, le député LR des Hauts-de-Seine envisage de porter plainte contre X alors que Claude Guéant demande au chef de l’Etat François Hollande ainsi qu’au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, d’ouvrir une enquête pour savoir si ces écoutes ont eu lieu. Et qui en est à l’origine.

Du rab sur le Lab

PlusPlus