La phrase totalement incompréhensible de Sarkozy en meeting, sujet le plus lu de la semaine

Publié à 16h52, le 17 octobre 2015 , Modifié à 16h59, le 17 octobre 2015

La phrase totalement incompréhensible de Sarkozy en meeting, sujet le plus lu de la semaine
© image Facebook et AFP

BEST-OF HEBDO - Comme chaque samedi, et avant le Flop Hebdo du dimanche, le Lab vous propose de retrouver les articles les plus lus de la semaine avec, en numéro un ce 17 octobre, la déclaration *très* mystérieuse de Nicolas Sarkozy en plein meeting.

 

#1 -  Kékidi ?

Mercredi 14 octobre. Limoges. Nicolas Sarkozy sur scène en plein meeting. Et une déclaration pour le moins absconse de l'ancien chef de l'Etat captée par les caméras du Petit Journal de Canal +. Voyez plutôt :

 

"

Je voudrais leur dire qu'on a reçu un coup de pied au derrière mais que c'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur.

"

[A VOIR EN VIDÉO ICI]

 

 

#2 - Trop lol

Il a failli "éclater de rire". C'est ce que raconte François Hollande après que Marine Le Pen l'a qualifié de "vice-chancelier" d'Angela Merkel au Parlement européen le 7 octobre. La présidente du FN trouve qu'il enjolive *un tout petit peu* l'histoire.

[A LIRE ICI]

 

 

#3 - Bonne nuit les petits

Selon L'Opinion, François Hollande a trouvé un surnom à Najat Vallaud-Belkacem : Pimprenelle, de Bonne nuit les petits. Et cela a un sens politique car, de l'avis d'une pointure du gouvernement, la ministre de l'Education est une spécialiste dans l'endormissement des âmes : "L’opération anesthésie de Najat a fonctionné à plein en cette rentrée scolaire, notamment sur la dictée."
[A LIRE ICI]

 

 

#4 - La France, c'est comme une femme...

François Fillon veut tellement "imprimer" dans l'esprit des électeurs qu'il se lâche un peu. Invité des Grandes gueules de RMC le 12 octobre, l'ex-Premier ministre laisse découvrir un langage plus cash, limite vulgaire. Interrogé sur son "envie" de devenir président de la République, il rétorque ainsi :

 

"

Oui je connais cette question. Bien sûr que j’en ai envie, si vous croyez pas que je me tape la vie que je mène depuis trois ans, si j’en avais pas envie...



Cependant, ce que je n’aime pas dans cette formulation-là, c’est le sentiment que la France c’est un pays à prendre, c’est comme une femme au fond, et faut vraiment en avoir envie, et faut le montrer tous les jours, et faut avoir ce projet-là depuis sa naissance etc. Je n’aime pas ça parce que je trouve que ce n’est pas rationnel.

"

[A LIRE ICI]

 

#5 - Au revoir

Pierre Gentillet claque la porte de Les Républicains. Le président des Jeunes de la Droite populaire, mouvement droitier de Thierry Mariani au sein de LR, a annoncé son départ du parti. Lui qui a vu plusieurs membres de ses troupes partir pour le FN, lui qui était présent à un réveillon polémique mélangeant jeunes du FN et de LR, assure qu'il ne part pas pour une autre formation.

[A LIRE ICI]

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus