La porte-parole de LR Valérie Debord assure que le sexisme n’existe pas au sein de son parti

Publié à 16h47, le 14 mai 2016 , Modifié à 17h40, le 14 mai 2016

La porte-parole de LR Valérie Debord assure que le sexisme n’existe pas au sein de son parti
Valérie Debord, porte-parole de LR et vice-présidente de la région Grand Est. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Image Amandine Réaux


Une femme active sur cinq a déjà été victime de harcèlement sexuel au travail, révélait en 2014 une enquête de l’Ifop pour le Défenseur des droits. Mais étrangement, le parti Les Républicains semble échapper complètement à cette statistique.

C’est en tout cas ce qu’affirme la porte-parole du parti au Monde ce 14 mai : 

Il y a du sexisme en politique, mais pas plus qu’ailleurs. [...] Dans mon parti, ce genre de chose n’existe pas, si un homme dérape, on lui dit, et ça s’arrête. [...] Il faut encourager à libérer la parole. Mais surtout, il faut dire aux femmes de saisir la justice, notre armement pénal est très largement suffisant pour lutter contre ça. [...] Il faut arrêter d’avoir des paroles et passer aux actes.

Ces propos vont dans le même sens que ceux tenus par chef de file des députés LR Christian Jacob, selon lequel le harcèlement sexuel ne concernerait que EELV. Le député de la Seine-et-Marne avait affirmé sur l’antenne d’Europe 1 qu’aucun fait semblable n’était à déplorer dans son parti, "jusqu’à preuve du contraire".

Pourtant, l’ex-UMP est concernée par de tels agissements. Comme le rappelle le quotidien du soir, Eric Raoult a été visé par une plainte pour harcèlement sexuel et moral, tandis que George Tron doit être jugé pour viols et agressions sexuelles.

Pourtant, 40 femmes journalistes politiques écrivaient, dans une tribune publiée en 2015 dans Libération, que le sexisme et le machisme émanait de politiques "issus de toutes les familles politiques sans exception".

Pourtant, l’élue LR de Saint-Quentin-en-Yvelines Aurore Bergéa témoigné de commentaires ultra-sexistes et déplacés de la part de deux collègues, reçus le jour des révélations sur Denis Baupin.

Aurore Bergé s’est d’ailleurs indignée ce 14 mai sur Twitter des propos tenus par Valérie Debord, visant le "déni" dont cette dernière ferait preuve. S’en est suivi un échange plutôt vif, dans lequel la vice-présidente de la région Grand Est a enjoint Aurore Bergé à porter plainte nominativement.









Contrairement à d’autres partis, comme le PCF et le PS qui ont créé un secrétariat national chargé du droit des femmes et de la parité, LR "ne dispose pas d’instance consacrée aux droits des femmes", comme le rappelle Le Monde. Ce que regrette Nathalie Kosciusko-Morizet, qui affirme "réfléchi[r] depuis plusieurs mois à des propositions pour être proactifs" sur ces questions.

[EDIT 17h39]

Valérie Debord a tenu à préciser ses propos sur Twitter :







À LIRE SUR LE LAB :

Des élues accusent le député Denis Baupin de harcèlement et d’agressions sexuelles

Le jour de l'affaire Baupin, l'élue LR Aurore Bergé s'entend dire par un collègue : "J'ai envie de te faire une Baupin"

Christian Jacob (LR) sur l'affaire Baupin : "L'omerta, c'est pas dans la classe politique, c'est chez les Verts qu'il y a eu un sujet"

Du rab sur le Lab

PlusPlus