La théorie de Cambadélis sur l'importance de Baylet, allié électoral et patron de presse

Publié à 18h59, le 25 août 2015 , Modifié à 19h02, le 25 août 2015

La théorie de Cambadélis sur l'importance de Baylet, allié électoral et patron de presse
© Montage Le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


Le Parti socialiste en est réduit à apaiser, à intervalles réguliers, les coups de chaud de ses amis Radicaux de gauche. Le PRG, dernier allié du PS, menace régulièrement de claquer la porte du gouvernement ou de ne pas passer d'accord électoral avec Solférino si ses exigences ne sont pas satisfaites (et puis tout finit toujours par rentrer dans l'ordre). C'est que Jean-Michel Baylet compte beaucoup.

Preuve supplémentaire en est donnée par Jean-Christophe Cambadélis, mercredi 26 août dans Le Canard Enchaîné. Cité par l'hebdomadaire, le patron des socialistes admet que le président du PRG est "quelqu'un qui commence à peser lourd, car les radicaux nous soutiennent au Parlement et sont nos seuls alliés aux régionales". Jusqu'ici, rien de bien étonnant. La suite de son argumentaire l'est un peu plus :



Baylet est désormais le patron non seulement de 'La Dépêche', mais aussi du 'Midi Libre'. Or c'est dans cette région du Grand Sud-Ouest que va sans doute se jouer une partie de la présidentielle pour Hollande.

Forcément, il serait dommage de se priver de l'amitié de l'homme qui dirige les grands journaux de la région... ce que Jean-Christophe Cambadélis reconnaît sans détour.

Pour rappel, le groupe La Dépêche a officiellement pris le contrôle des Journaux du Midi au mois de juin. Jean-Michel Baylet se retrouve ainsi à la tête d'un empire de presse composé de six quotidiens (La Dépêche du Midi, Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne, La Nouvelle République des Pyrénées, Midi Libre, L'Indépendant et Centre-Presse) et du bihebdomadaire spécialisé rugby Midi Olympique.

S'il n'est plus sénateur ni président de conseil départemental, Jean-Michel Baylet n'en reste donc pas moins un sacré VIP à "Solfé".







À LIRE SUR LE LAB :

L'astuce miracle du gouvernement pour faire passer l'accord PS-PRG aux régionales

Sans surprise, le PS et le PRG s'associent pour les élections régionales

Du rab sur le Lab

PlusPlus