La violente diatribe d’Eckert contre Macron et Darmanin : "ces gens m’écœurent profondément !"

Publié à 10h41, le 31 juillet 2017 , Modifié à 10h41, le 31 juillet 2017

La violente diatribe d’Eckert contre Macron et Darmanin : "ces gens m’écœurent profondément !"
Christian Eckert. © BERTRAND GUAY / AFP
Image Sébastien Tronche


Pour lui, trop, c’est trop. Après avoir été défait aux législatives, Christian Eckert voulait, comme François Baroin en 2012, conserver une période de réserve, un délai de "viduité". Mais les annonces d’économies du gouvernement et les critiques sur la gestion budgétaire du quinquennat Hollande l’ont fait sortir de ses gonds, lui l'ancien maître du budget.

Après plusieurs passes d’armes avec le gouvernement et notamment son successeur au budget, Gérald Darmanin, l’ex-député PS continue à ne pas se laisser faire et dire tout le mal qu’il pense du nouvel exécutif. Ainsi, après le rapport de la Cour des comptes qui a mis en cause la sincérité du dernier budget présenté par François Hollande, Christian Eckert se dit "écœuré" par Emmanuel Macron et Gérald Darmanin. A L’Opinion de ce lundi 31 juillet, l’ancien secrétaire d’Etat au budget fulmine :

Ces gens m’écœurent profondément ! Ils font systématiquement peser sur les autres leur propre responsabilité.

Et de développer, s’en prenant aux anciens parlementaires PS passés chez Emmanuel Macron comme Christophe Castaner, Richard Ferrand ou Gérard Collomb, après avoir déjà accusé le gouvernement de "mentir" :

Le report du prélèvement à la source, les APL, ils doivent assumer. Concernant le prélèvement à la source, nous avions bien sûr prévu une période d’expérimentation. Sur les APL, une mesure transversale avait été il est vrai évoquée puis abandonnée. Bien avant la finalisation de la loi de Finances et les débats au Parlement. Il n’y a donc eu aucun vote, ni disposition réglementaire. Christophe Castaner, Richard Ferrand ou encore Gérard Colomb le savent bien : n’ont-ils pas voté la loi de finances 2017 ? Et maintenant, ils vont dire que la conjoncture, c’est grâce à eux…

Mais sa tête de Turc à lui, celui qu’il ne peut pas piffrer, c’est bien le ministre de l’Action et des Comptes publics, l’ancien LR Gérald Darmanin, dont il instruit le procès en incompétence sur les questions de finances publiques et budgétaires. Ainsi, ce qui le chagrine, c’est de "voir Gérald Darmanin comme ministre du Budget lui succéder alors qu’il n’était pas membre de la Commission des Finances et que je ne l’ai jamais vu participer à un débat budgétaire…" 

Quand ce dernier avait annoncé les multiples économies que comptait faire le gouvernement, Christian Eckert les avait qualifié de "plaisanterie", de "pas très sérieux" et de "grotesque". Un premier accrochage qui s’était poursuivi par une nouvelle passe d’armes au sujet de la baisse de 5€ par mois des APL.

Alors, s’il ne pense pas revenir dans la politique élective, Christian Eckert prévient qu’il pourrait ne pas rester inactif longtemps :



Si on me cherche et dans ce cas, on me trouvera.

Gérald Darmanin est prévenu.

Du rab sur le Lab

PlusPlus