La visite surprise de François Hollande au Salon international de l'alimentation, le lendemain de celle de Manuel Valls

Publié à 15h58, le 18 octobre 2016 , Modifié à 16h23, le 18 octobre 2016

La visite surprise de François Hollande au Salon international de l'alimentation, le lendemain de celle de Manuel Valls
© AFP

Une visite surprise loin d’être anodine. Ce mardi 18 octobre, François Hollande s’est rendu pendant une vingtaine de minutes au Salon international de l’alimentation (SIAL), à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Le déplacement ne figurait pourtant pas à l’agendaofficiel du chef de l’Etat. Certes, le président de la République s’était déplacé juste auparavant dans la matinée au hub de FedEx de l’aéroport de Roissy, à proximité de Villepinte. Mais tout de même, cette visite interroge.

Le chef de l’Etat a profité de sa visite impromptue à ce salon réservé aux professionnels pour glisser un message : ne m’enterrez pas. Il a en effet plaisanté sur son avenir politique, comme le rapporte l’AFP :

 

"

Il était très important que je puisse être là et j’essaierai d’être là la prochaine fois.

"

 

François Hollande semble ainsi marquer à la culotte Manuel Valls dans un duel à distance qui se profile pour la présidentielle. Le Premier ministre s’était en effet déjà rendu la veille dans l’après-midi au SIAL. L’occasion pour le chef du gouvernement de pousser le vice jusqu’à poser devant les caméras et les photographes sur le stand des fromages "Président".  

 

Comme un message clair pour 2017, à l’heure où les critiques fusentau PS contre François Hollande, y compris chez les légitimistes, après ses confidences rapportées dans Un président ne devrait pas dire ça. La candidature du chef de l’Etat sortant a désormais du plomb dans l’aile. Et Manuel Valls a déjà prévenuses soutiens : "Si François Hollande n’y va pas, dans la minute, je suis candidat". Peut-être même si le président entend y aller, d’ailleurs.

 

À LIRE SUR LE LAB :

> Manuel Valls rectifie les propos de François Hollande : "L'islam n'est pas LE problème" en France

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus