Un ancien cadre de la campagne de Benoît Hamon dénonce "les conneries" d'accusations de détournement d'argent

Publié à 19h28, le 24 août 2017 , Modifié à 21h49, le 24 août 2017

Un ancien cadre de la campagne de Benoît Hamon dénonce "les conneries" d'accusations de détournement d'argent
Bastien Recher © Capture d'écran YouTube
Image Sylvain Chazot


Bastien Recher commence à en avoir un tout petit peu marre des accusations de détournement d'argent de la campagne de Benoît Hamon. Ce jeudi 24 août dans Le Parisien, des socialistes plus ou moins anonymes accusent en effet l'ancien candidat socialiste à la présidentielle d'avoir détourné de l'argent de sa campagne - largement financée par le PS - pour l'organisation du meeting de lancement de son propre mouvement politique, le 1er juillet, jour où Benoît Hamon a également quitté le parti de la rue de Solferino.

N'importe quoi, s'énerve aujourd'hui Bastien Recher, ancien secrétaire général administratif de la campagne de Benoît Hamon, interrogé par L'Obs. "C'est pitoyable. On a autre chose à faire aujourd'hui, j'ai un mandat. J'ai flingué la moitié de mes vacances à répondre à ces conneries", s'impatiente l'élu, adjoint au maire du 11e arrondissement de Paris, chargé du Logement. Il avance :

Le meeting du 1er juillet a été financé grâce à la plateforme qu'on a lancée en juin. À la demande du parti, après fin mai, on a déconnecté du Parti socialiste la plateforme de dons reversés à Benoît Hamon. Et on a recueilli 60.000 euros de dons sur un mois. Le meeting a coûté environ 52.000 euros. Protection civile, nettoyage, DJ, garderie, billets de train... J'ai toutes les factures des prestataires !

Et Bastien Recher d'ajouter que "ce meeting du 1er juillet, c'était de l'ordre de la kermesse de quartier". "On avait peu de moyens ! Je me suis même fait engueuler parce que le son était mauvais, parce qu'il y avait quelques haut-parleurs sur la scène et une reprise au milieu de la foule", avance l'ancien cadre de la campagne du candidat socialiste.



>> À LIRE AUSSI SUR LE LAB : Suspecté d'avoir détourné l'argent de sa campagne, Hamon estime que "les amis de Hollande" sont jaloux de son succès 



Mais Bastien Recher ne passe pas son temps à se défendre. Il accuse également, comme Benoît Hamon, les amis de François Hollande de vouloir nuire à l'ancien candidat à la présidentielle. Il dit :



Le message que veulent faire passer les hollandais c'est : 'Benoît Hamon est un salopard qui a dilapidé l'argent du parti'. Leur stratégie de congrès c'est de cibler sa campagne et ainsi s'épargner l'heure du bilan du quinquennat Hollande, sur le CICE, la loi Travail, la déchéance de nationalité et tout ce qui a fait l'échec de Hollande et son incapacité à se représenter.

Dans Le Parisien, le trésorier national du PS Jean-François Debat (qui n'est pas réputé pour une quelconque proximité avec Benoît Hamon) assure que les factures ont été visées par l'expert-comptable du parti et qu'il "ne [voit] aucune raison de douter de ces comptes" de campagne.

Du rab sur le Lab

PlusPlus