Le beau-frère de Marine Le Pen se présente dans l'Essonne

Publié à 07h15, le 06 juin 2012 , Modifié à 10h29, le 06 juin 2012

Le beau-frère de Marine Le Pen se présente dans l'Essonne
Philippe Olivier, lebeau- frère de Marine Le Pen se présente contre la candidate investie FN (Reuters).

Philippe Olivier fait de l'anti-Tron. Dans sa lutte acharnée contre Georges Tron, le beau-frère de Marine Le Pen - époux de sa soeur Marie-Caroline Le Pen - s'est d'ailleurs présenté dans la 9e circonscription de l'Essonne, sans étiquette, et contre la candidate officiellement investie par le Front national.

  1. Sans étiquette

    Sur droites-extremes.blog.lemonde.fr

    Pourquoi le beau-frère de Marine Le Pen, époux de sa soeur Marie-Caroline Le Pen et ancien membre du MNR de Bruno Mégret, se présente-t-il contre la candidate officiellement investie par le Front national dans la 9e circonscription de l'Essonne ?

    "

    On ne se présente pas contre le FN, mais à côté. On veut mettre dans le débat public le problème de l'absentéisme parlementaire dont M. Tron est un exemple.

    "

    Les journalistes du Monde Abel Mestre et Caroline Monnot expliquent sur leur blog la raison de la candidature de Philippe Olivier aux élections législatives.

    Comme le précisent les journalistes, Philippe Olivier et son frère jumeau Jacques, investi comme suppléant, mènent une bataille acharnée contre Georges Tron depuis un an, à l'instar des personnalités politiques contre lesquelles le FN se bat :

    "

    Le FN ne cache pas que M. Tron compte, parmi d'autres personnalités de l'UMP, comme Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé, dans la liste des candidats à battre ou faire battre.

    "

    Isabelle Cochard, la candidate frontiste, n'était d'ailleurs pas au courant :

    "

    Je ne connais pas ce type, il ne colle même pas d'affiches.

    "

    La candidature est symbolique, explique Philippe Olivier qui prépare davantage les élections municipales où il espère raffler Draveil pour mettre Georges Tron sur la touche, mais surtout pas nuire au FN :

    "

    Ce n'est pas notre but. D'ailleurs, on ne va pas leur prendre des voix. On va peut-être même leur en rapporter.

    Je m'en fous du Front, je ne me situe pas par rapport à eux.

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus