Le "c'est une plaisanterie !?" de Léa Salamé à François Hollande, article le plus lu de la semaine

Publié à 18h18, le 17 avril 2016 , Modifié à 15h27, le 18 avril 2016

Le "c'est une plaisanterie !?" de Léa Salamé à François Hollande, article le plus lu de la semaine
© Montage Le Lab via AFP et captures d'écran

#BESTOFHEBDO - Et voici venue l'heure, comme chaque week-end, de notre attendu Top Hebdo, le classement des articles les plus lus de la semaine sur le Lab.

Cette semaine, c’est le cinglant "C’est une plaisanterie ?!" de Léa Salamé à François Hollande lors de l’émission Dialogues citoyens qui a retenu votre attention. Mais ce n'est pas tout…

#1 - "C’est une plaisanterie ?!"

François Hollande participait jeudi 14 avril à l’émission Dialogues citoyens, un nouveau format d’interview politique et de confrontation avec des Français. Et le chef de l’Etat s’est *légèrement* fait malmener par la journaliste Léa Salamé. Lors d’un échange sur les propos très critiques tenus par Manuel Valls à Munich au sujet de la politique migratoire de l’Allemagne, le chef de l’Etat a assuré qu’il avait la même politique migratoire que la chancelière Angela Merkel. Etonnée, la journaliste de France 2 lui a rétorqué : "C’est une plaisanterie ?!"

[A REVOIR ICI EN VIDEO]

#2 - Eh bien c’est faux

Toujours lors de l’émission Dialogues citoyens, François Hollande a échangé avec la mère d’un jeune djihadiste parti et mort en Syrie. Le chef de l’Etat a ainsi mis en avant la politique de lutte contre la radicalisation et contre les prêcheurs de haine, comme l’imam de Brest. "Ce lieu de haine a été fermé", a assuré le Président. Sauf que la mosquée de Brest a seulement fait l’objet d’une perquisition, mais n’a pas été fermée.

[A LIRE ICI]

#3 - Indésirable

Ces 18 derniers mois, l’ambassade de France en Algérie a supervisé 25 déplacements ministériels, outre celui de Manuel Valls. Alain Juppé s’y est également rendu. Le maire d’Alger Hakim Bettache s’est réjoui de tous ces déplacements et a invité tous les élus français à venir chez lui… sauf Marine Le Pen. Un refus lié aux rapports historiquement tumultueux du Front national avec l’Algérie.

[A LIRE ICI]

#4 - Say pas moi say ma femme

Emmanuel Macron n’a pas seulement lancé son mouvement politique En marche. Il apparaît en une de Paris Match aux côtés de son épouse Brigitte… avec plusieurs photos de son "intimité" dans les pages intérieures. Face aux critiques dénonçant une stratégie de com’, le ministre de l’Economie a accusé son épouse, qui selon lui méconnaît le système médiatique.

[A LIRE ICI]

#5 - 7 secondes de blanc

Najat Vallaud-Belkacem a été plutôt amusée de voir que le nouveau mouvement d’Emmanuel Macron occupe l’espace médiatique. En revanche, elle a moins apprécié le fait qu’"En marche" soit ni de droite, ni de gauche, arguant que cela "mène dans le mur". Concernant les sorties intempestives de son collègue de l’Economie, la ministre de l’Education nationale a préféré… se taire. Pendant 7 secondes.

[A REVOIR ICI EN VIDÉO]

Du rab sur le Lab

PlusPlus