Le conseil municipal de Fontgombault refuse de célébrer tout mariage gay "considérant qu'il existe une loi naturelle supérieure"

Publié à 10h00, le 07 novembre 2013 , Modifié à 13h09, le 07 novembre 2013

Le conseil municipal de Fontgombault refuse de célébrer tout mariage gay "considérant qu'il existe une loi naturelle supérieure"
Capture d'écran du site de La Nouvelle République
Image Delphine Legouté

Par

Le conseil municipal de Fontgombault, village de moins de 300 habitants dans l'Indre, refuse de célébrer tout mariage homosexuel car il existe "une loi naturelle supérieure aux lois humaines". La Nouvelle République révèle ce 7 novembre une délibération validée par le conseil municipal de la commune.

Le texte précise également que le maire, ses adjoints et tous les conseillers qui ont approuvé cette délibération "démissionneront" s'ils se voient obligés de célébrer une union entre personnes du même sexe.

Voici le texte de la délibération publié par le quotidien :

Considérant qu'il existe une loi naturelle, supérieure aux lois humaines, d'après laquelle depuis les origines du monde aucune union n'a été célébrée officiellement entre deux personnes du même sexe au titre d'un "mariage" pour la raison que ces personnes, quelle que soit leur dignité d'être humain qu'il y a eu lieu de reconnaître par ailleurs, sont radicalement incapables de procréer un être humain qui soit issu de cette union et par conséquent de l'éduquer à titre de parents dans l'altérité et la complémentarité, qu'il ne peut donc s'agir d'établir entre eux aucun véritable "mariage".Après en avoir délibéré,Décide que le Maire et ses Adjoints ainsi que tous les Conseillersqui ont voté cette délibération à bulletins secrets démissionneront de leurs fonctions de Conseillers Municipaux dans le cas où ils seraient contraient de procéder à un tel acte de mariage qu'ils désapprouvent formellement.

Cette délibération du 24 octobre, reçue par les 300 habitants du village mercredi, a été adoptée par 7 conseillers sur dix (deux abstentions, un contre). Ces trois personnes pourront donc en théorie célébrer une union homosexuelle, à condition que le maire accepte de leur déléguer son pouvoir.

En septembre 2012, le maire de Fontgombault, Jacques Tissier, avait déjà annoncé la couleur en déclarant à La Nouvelle République :

Hors de question de marier des pédés ! Je ne le ferai pas.

Il précisait cependant : 

Après, si l'un de mes adjoints veut le faire, ce sera en son âme et conscience.

Dans une déclaration, notamment relayée par des médias royalistes et catholiques au début de l'année 2013, Jacques Tissier lançait encore à ce sujet :

Il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes, quand les hommes se font les ennemis de Dieu.

Du rab sur le Lab

PlusPlus