Le conseiller PCF de Paris Ian Brossat porte plainte après des tweets homophobes à son encontre et accuse la Manif pour tous

Publié à 16h22, le 14 avril 2015 , Modifié à 16h41, le 14 avril 2015

Le conseiller PCF de Paris Ian Brossat porte plainte après des tweets homophobes à son encontre et accuse la Manif pour tous
Ian Brossat © JOEL SAGET / AFP

Les internautes sont souvent sympas. Et puis, parfois, ce sont de vrais blaireaux. Et allez savoir pourquoi, cette propension à agir comme un imbécile va souvent de pair avec l'anonymat. Ian Brossat le sait bien, comme beaucoup d'autres. Sauf que le conseiller PCF de Paris en a marre. Ce mardi 14 avril, il annonce vouloir porter plainte contre les messages homophobes qu'il reçoit.

Dans une tribune sur Le Plus, Ian Brossat évoque ces tweets et ces lettres qu'il reçoit régulièrement. Il écrit :

 

"

Comme tous les mois ou presque, un compte anonyme déverse sa bêtise crasse. Il y a quelques jours, c’était une lettre anonyme d’un électeur FN, par voie postale cette fois, qui avait pris le soin de découper et coller le visage de Marine Le Pen : 'Vive Marine, la seule à vous enculer, toi le petit pédé.'

"

Ce genre de mots tout à fait sympathiques, Ian Brossat dit en recevoir des tas. "J’en reçois régulièrement. Une rafale par mois, environ, sous des pseudos divers", explique-t-il au Lab.

En voici quelques exemple, souvent sur le même thème de l'homosexualité, à croire que les courageux anonymes ont un problème avec ça :





Le conseiller de Paris a donc décidé de porter plainte, "pas seulement pour [lui], mais pour ceux qui n’osent pas ou ne peuvent pas". Il ajoute :

 

"

Je porte plainte pour les centaines d’anonymes qui, sur les réseaux sociaux, ont reçu le même genre d’insultes et n’ont pas souhaité ou pu réagir. Comment ne pas voir que la Manif pour tous et ses alliés ont dramatiquement libéré la parole homophobe ?

"

La plainte doit être déposée dans le courant de la semaine, précise Ian Brossat au Lab

Du rab sur le Lab

PlusPlus