Le coup de gueule de Villepin contre le documentaire sur Hollande et l'Élysée

Publié à 09h11, le 29 septembre 2015 , Modifié à 10h30, le 29 septembre 2015

Le coup de gueule de Villepin contre le documentaire sur Hollande et l'Élysée
© Captures d'écran BFMTV
Image Etienne Baldit


COMPOL - On l'entend très peu, Dominique de Villepin. Mais quand il parle, il fait en sorte d'être entendu. Ainsi l'ancien Premier ministre était-il invité de BFMTV, mardi 29 septembre, pour donner son analyse de la situation en Syrie et des mesures à prendre pour lutter contre Daesh. Mais au passage, il a évidemment été interrogé sur l'actualité politique du moment. C'est-à-dire les propos de Nadine Morano sur la France, "pays de race blanche". Mais sans s'attarder sur le sujet, l'ex-chef du gouvernement a préféré en profiter pour pousser un gros coup de gueule sur la communication politique et ses "artifices". 

"Le babillage politique est aujourd'hui insupportable tant il est loin des réalités", commence-t-il. Il poursuit sur sa lancée, embrayant sans transition sur le documentaire sur François Hollande et l'Élysée, Un temps de président, diffusé lundi soir sur France 3 :



Un pouvoir digne aujourd'hui renoncerait à tout artifice de communication. Quand on regarde le film qui a été présenté hier sur FR 3 [sic], ce qu'il a fallu comme énergie à François Hollande et ses conseillers pour, sur six mois, participer à un film comme ça, comme si l'heure était à faire du cinéma... La réalité, elle est à l'exercice du pouvoir - avec ce que ça suppose de charge, de lourdeur - et pas à la mise en scène du pouvoir.

Vous savez, on virerait du jour au lendemain l'ensemble des communicants de tous les ministères, on s'en porterait mieux. Quand j'étais Premier ministre - on peut me le reprocher, me dire que le CPE en est peut-être la cause -, je n'avais pas de communicants. Et je n'ai jamais cru aux vertus de la communication et encore moins dans une période où la France souffre, où les Français souffrent. Je crois pas que la question, ce soit de savoir s'il faut se présenter avec le profil droit ou le profil gauche.

Et d'estimer que les responsables politiques actuels manquent d'"honneur", de "dignité" et d'"éthique" :



La question, c'est qu'il faut se comporter en homme d'État, avec exigence, avec honneur et avec dignité. Et ça suppose une certaine éthique politique. Ce qui manque aujourd'hui, c'est cette éthique politique parce qu'on prend des postures politiques. [...] Il faut choisir, agir et se moquer des communicants et des artifices.

En termes de com' pol, Dominique de Villepin n'a pourtant pas toujours donné sa part au chien...







[BONUS TRACK] Instant télé

Autre question d'actualité pour Dominique de Villepin : que peut-il bien penser de cette déclaration d'Emmanuel Macron, "je n'ai pas envie d'être député en 2017, ça c'est le cursus d'un ancien temps" ? L'actuel ministre de l'Économie et l'ancien Premier ministre ont en effet en commun de ne jamais avoir sollicité le suffrage universel. Une question qui donne donc cette réaction amusée de Dominique de Villepin :



Pas à moi, Jean-Jacques Bourdin, moi j'ai jamais été élu, donc ne me posez pas la question !

Un passage isolé par Le Lab :





Et Villepin de dérouler :



Je crois qu'il y a un honneur et une vertu au suffrage universel. Chacun sa vocation. C'était pas mon chemin, manifestement c'est pas le chemin d'Emmanuel Macron. Est-ce que ça veut dire qu'il faut se passer d'un talent comme celui d'Emmanuel Macron ? Certainement pas. Vouloir en faire une règle, ça je crois que c'est absurde.


À LIRE SUR LE LAB :

Quand Hollande s'inspire de Wikipédia pour réaliser son discours en l'honneur de Jean d'Ormesson

À LIRE SUR EUROPE1.FR :

L'Elysée de l'intérieur : ce documentaire instructif et sévère sur la présidence Hollande

> Yves Jeuland : "ce président normal est indéchiffrable"

Du rab sur le Lab

PlusPlus