Le député LR Georges Fenech saisit la Commission des comptes de campagne sur une levée de fonds d'Emmanuel Macron

Publié à 16h44, le 12 juillet 2016 , Modifié à 17h03, le 12 juillet 2016

Le député LR Georges Fenech saisit la Commission des comptes de campagne sur une levée de fonds d'Emmanuel Macron
Georges Fenech © AFP
Image Etienne Girard

Etienne Girard

LEVÉE DE FONDS DOUTEUSE- Ce mardi 12 juillet, Emmanuel Macron tient le premier meeting de son mouvement En Marche. Ses détracteurs l'attendent au tournant, en espérant qu'il clarifiera sa situation à l'égard du gouvernement. Le député Les Républicains (LR) Georges Fenech, attendra lui d'une ministre une explication toute différente. Cela fait en effet deux mois que le parlementaire mène un combat contre le financement du mouvement En Marche. On vous rappelle le déroulement des opérations, en trois actes.

Première partie le 10 mai dernier, quand Georges Fenech pose une question au gouvernement dans laquelle il s'interroge sur les conditions dans lesquelles auraient été levés des fonds le 14 avril à Londres par Emmanuel Macron, selon une information rapportée par Le Point. Manuel Valls nie toute levée de fonds dans la foulée, ajoutant souhaiter que les ministres "soient pleinement, totalement engagés dans leurs tâches". Et ce juste avant un savon mémorable passé par le Premier ministre au ministre de l'Économie.

Deuxième acte deux jours plus tard, le 12 mai. Georges Fenech écrit au président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique afin qu'il enquête sur cette possible levée de fonds. Ce mardi 12 juillet, à la suite de la réponse de la Haute autorité, Georges Fenech s'adresse cette fois à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, compétente pour traiter de la régularité du financement des partis politiques :

"

Je serai particulièrement intéressé de connaître l'analyse de votre commission sur le financement du mouvement 'En Marche' par l'actuel ministre de l'Économie.

"

Qu'est ce qui gêne le député ? Pour le comprendre, il faut revenir à la question au gouvernement du 10 mai. Ce jour-là, Georges Fenech se fait offensif contre l’initiative de l'ex-secrétaire général-adjoint de l'Élysée :

"

Cette confusion des genres, voire ce conflit d’intérêts, ne peut qu’interpeller la représentation nationale [...] Pour le compte de qui votre ministre en exercice effectue-t-il ces levées de fonds ? Pour sa propre candidature à l’élection présidentielle ou pour tout autre bénéficiaire ? En tout cas, pas pour l’intérêt général. Le voile du soupçon doit être levé dans une démocratie digne de ce nom, sur ce qui s’apparente à un abus de fonction ministérielle.

"

En clair, Georges Fenech reproche à Emmanuel Macron d'avoir profité d'un voyage à Londres en tant que ministre, donc payé par l'État, pour rencontrer des donateurs au profit de son mouvement En Marche. La Commission des comptes de campagne devra dire si cette initiative est constitutive d'un "abus de fonction ministérielle" ou d'un conflit d'intérêts. En attendant, Emmanuel Macron devrait continuer son petit bout de chemin sur la route de 2017 ce mardi soir à la Mutualité. Malgré les attaques de moins en moins voilées de ses camarades du gouvernement. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus