Le député PS Laurent Grandguillaume ne se représentera pas au nom du non-cumul dans le temps

Publié à 15h22, le 05 septembre 2016 , Modifié à 15h24, le 05 septembre 2016

Le député PS Laurent Grandguillaume ne se représentera pas au nom du non-cumul dans le temps
Laurent Grandguillaume. © PATRICK KOVARIK / AFP

Il y a ceux, à droite comme à gauche, qui veulent revenir sur le non-cumul des mandats. Et d’autres, qui poussent la logique du non-cumul à l’extrême. C’est le cas du député PS Laurent Grandguillaume. Élu pour la première fois à l’Assemblée nationale en 2012, le député de la 1er circonscription de Côte-d’Or annonce ce lundi 5 septembre sur son site internet qu’il ne briguera pas de deuxième mandat consécutif en 2017. Il écrit :

Après mûre réflexion et après dix années de mandats électifs sans interruption (locaux et nationaux), j'ai décidé de ne pas me représenter aux élections législatives de juin 2017. Les désignations du parti socialiste pour ces élections étant prévues en fin d'année 2016, j'ai décidé d'annoncer ma décision dès maintenant pour garantir les meilleures conditions possibles pour le renouvellement.

Il s’applique donc à lui-même une règle qui n’est pas dans la loi sur le non-cumul votée par la majorité socialiste et qui doit entrer en vigueur en 2017 : le non-cumul dans le temps. "Je crois qu'il est grand temps de changer l'engagement politique par la preuve. Il doit en effet être conçu comme un engagement au service de l'intérêt général et non plus comme un métier. Je considère qu'il faut à la fois limiter le cumul des mandats en nombre et dans le temps car on ne peut pas être partout et bien faire plusieurs choses à la fois. C'est pourquoi je m'applique cette exigence à moi-même", justifie celui qui a été rapporteur thématique de plusieurs textes comme sur la partie simplification des entreprises de la loi Macron. Et d’ajouter :

On ne peut pas regretter de voir les mêmes têtes depuis des décennies et en même temps reproduire des schémas identiques, même quand on est plus jeune.

Évite-t-il de se représenter de peur d'une déconvenue ? Élu député en 2012 sur une circonscription acquise à la droite depuis 10 ans, Laurent Grandguillaume ne se représente pas pour ne pas perdre, assure-t-il, en soulignant que sa "circo" est "la seule" du département "où la gauche a progressé lors des derniers scrutins".

Il annonce également dans ce long texte quitter le conseil municipal de Dijon "pour permettre à un autre citoyen d’exercer dès maintenant ce mandat". Son avenir à lui s’écrit désormais dans le privé. "Je suivrai en parallèle une formation dans le cadre de mon retour à la vie professionnelle à l'issue du mandat", conclut Laurent Grandguillaume.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Le député PS Laurent Grandguillaume ravi de son stage chez Nature et Découverte

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus