Le directeur de cabinet de Florian Philippot plaide "l'humour" après avoir effacé un tweet homophobe

Publié à 10h02, le 26 avril 2015 , Modifié à 15h30, le 26 avril 2015

Le directeur de cabinet de Florian Philippot plaide "l'humour" après avoir effacé un tweet homophobe
Capture d'écran via Twitter
Image Le Lab

Cyril Morin pour

HUMOUR 2.0 - C'est un tweet bien étrange venu de la part de Joffrey Bollée, le directeur de cabinet de Florian Philippot. Durant l'émission On n'est pas couché du samedi 25 avril, le présentateur Laurent Ruquier dresse son "top/flop" de la semaine écoulée (au Lab, c'est ici). Dans son classement, le présentateur évoque l'escapade américaine de Marine Le Pen lors de la soirée organisée par le magazine américain Time, qui l'a consacrée parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde. 

C'est lors de cette chronique que Joffrey Bollée diffuse un message via Twitter, qu'il retire quelques minutes plus tard. Dans celui-ci, il rebondit sur les propos de Laurent Ruquier, homosexuel déclaré, en affirmant que ce dernier "porte mieux les robes" que la présidente du Front national. Voici une capture d'écran de ce message :





Seulement voilà, malgré le retrait du tweet, certains internautes ont pris des captures d'écran des propos du conseiller de Florian Philippot et lui demandent de s'expliquer. C'est alors qu'il plaide "l'humour" pour évoquer son tweet.





Un "humour" qui a même fait réagir Laurent Ruquier en personne. Dans un tweet adressé au conseiller de Florian Philippot, le présentateur vedette de France 2 répond à la négative sur un éventuel port de robe. Il termine son message par un "Mais Philippot peut-être" en référence à l'homosexualité du numéro 2 frontiste, dont la révélation en décembre 2014 par Closer avait vivement fait réagir la classe politique





Ce n'est pas la première fois que le conseiller de Florian Philippot crée la polémique sur Twitter. Le 9 avril, il avait dénoncé "les pleurnicheries de Jean-Marie Le Pen" lors de la crise au Front national avant encore une fois de retirer son message. Des libertés sur le réseau social qui agacent certains au Front national, comme l'écrivait le Monde le 21 avril (article abonné). A titre d'exemple, Stéphane Ravier, maire du 7ème arrondissement de Marseille, avait attaqué les "jeunes pousses qui militent à coups de tweets"

Suite à l'article, Joffrey Bollée a réagi sur Twitter en affirmant de nouveau que son message n'avait "rien d'homophobe".





[EDIT 15h30] Ajout du tweet de réaction de Joffrey Bollée

Du rab sur le Lab

PlusPlus