Le directeur de campagne de Montebourg accuse Hollande "d'abandon de poste" pendant la primaire

Publié à 23h08, le 22 janvier 2017 , Modifié à 23h10, le 22 janvier 2017

Le directeur de campagne de Montebourg accuse Hollande "d'abandon de poste" pendant la primaire
François Kalfon dimanche 22 janvier 2017, après l'élimination de son champion Arnaud Montebourg au premier tour de la primaire de la BAP © Capture d'écran BFMTV

LE DÉSERTEUR - François Hollande et son désintérêt manifeste pour la primaire organisée par le PS en agacent certains. Le soir du deuxième des trois débats entre les 7 candidats à l'investiture de la Belle Alliance Populaire, le chef de l'État s'était affiché au théâtre à Paris, pour la dernière du seul-en-scène de Michel Drucker. Dimanche 22 janvier, il n'a pas voté lors du premier tour qui a vu la qualification de Benoît Hamon et Manuel Valls aux dépens d'Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. Le chef de l'État est en effet looooiiiiiin de tout cela puisqu'il est en déplacement en Amérique du Sud.

Et ça, François Kalfon ne le digère que moyennement bien. Ce dimanche soir, le directeur de campagne d'Arnaud Montebourg (qui a construit son discours et sa candidature en opposition au quinquennat qui s'achève) a flingué ce Président qui "est dans un désert" au moment où la gauche de gouvernement se prépare à la présidentielle, comme l'a rapporté BFMTV. "Au sens propre, pas au sens figuré : il est passé du théâtre au désert", a-t-il précisé en référence au désert de l'Atacama (Chili) où le chef de l'État s'est rendu avant de s'envoler pour la Colombie ce dimanche soir. Et Kalfon d'attaquer encore plus fort :

 

"

Eh bien malgré tout, malgré cet abandon de poste si j'ose dire, le peuple de gauche était présent, et présent significativement, malgré un quinquennat dont on voit qu'il a empêché le président de la République de se présenter. Donc la gauche est bien vivante.

"

Relancé sur ce terme "d'abandon de poste", il a maintenu ses propos, disant toute son irritation devant cet ancien patron du PS qui, aujourd'hui, ne participe pas à la primaire de son parti et ses alliés :

 

"

D'une certaine manière. Je crois qu'il maîtrise les canons de la communication. La première fois, il est 'au théâtre ce soir' pendant que nous faisons le débat et maintenant , il ne vote même pas ! Celui qui a été Premier secrétaire du PS, celui qui hier encore a été porté à la présidence de la République grâce à une primaire pleine de succès, n'est pas là aujourd'hui, ne vient pas voter. Vous voyez bien que, comme on dit, il n'y a pas d'homme providentiel et ceux qui l'avaient porté au pouvoir en 2012 sont quand même massivement venus voter à cette primaire. Il y a donc une nouvelle page de la gauche qui est en train de s'écrire.

"

Sans François Hollande, donc, mais avec Arnaud Montebourg qui s'est immédiatement rangé derrière Benoît Hamon (dont il a pourtant passé la fin de campagne à durement critiquer le programme). 

Du rab sur le Lab

PlusPlus