Le festival de punchlines (et de WTF) de Yannick Jadot pour la présentation de son programme

Publié à 19h33, le 11 janvier 2017 , Modifié à 19h40, le 11 janvier 2017

Le festival de punchlines (et de WTF) de Yannick Jadot pour la présentation de son programme
© Amandine Réaux
Image Amandine Réaux


Ce mercredi 11 janvier, à 11 heures, Yannick Jadot présentait ses vœux à la presse ainsi que les 76 premières mesures de son programme présidentiel. Les propositions du candidat Europe Écologie-Les Verts sont logiquement tournées vers l’écologie avec la sortie progressive du nucléaire, le rétablissement de la taxe poids lourds, la protection de la biodiversité. D’autres mesures sont orientées vers le social avec la revalorisation du SMIC à 1.800 euros brut, la semaine de quatre jours, l’ouverture de la Procréation médicale assistée à toutes les femmes ou encore la publication de la liste des entreprises ne respectant pas l’égalité salariale pour "faire de l’égalité Femmes-Hommes un impératif". Enfin, à l’international, le candidat écolo souhaite notamment stopper les négociations des accords de libre-échange, dont le TAFTA, et la ratification du CETA, ou encore faire du siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU le siège unique de l’Union européenne.

À la présentation de ce programme, et de son slogan, "La France vive", Yannick Jadot a ajouté une myriade de commentaires insolites et d’attaques envers la quasi-totalité de ses adversaires à la présidentielle. Crédité de 2 % dans les sondages, l’eurodéputé a sorti l’artillerie lourde pour espérer exister davantage et pallier un manque de notoriété. Le Lab a donc sélectionné 8 punchlines prononcées lors de ses voeux.

# "Marine Le Pen danse sur les victimes du terrorisme"

Yannick Jadot a fait de la candidate FN sa cible première dès le début de son discours. "Je veux dire [aux Français] de résister à la tentation devenue acceptable de pointer du doigt l’autre, le réfugié, l’assisté, le juif ou le musulman", a-t-il asséné, la visant implicitement. "La stratégie du bouc-émissaire et de la haine de l’autre, celle du FN mais pas seulement, je la combats parce qu’elle frappe au cœur de la France que l’on aime", a poursuivi l’écologiste. Rappelant les manifestations du 11 janvier 2015 en faveur de la liberté d’expression après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, Yannick Jadot a vivement critiqué "Marine Le Pen qui, dans sa tactique et dans son programme, danse sur les victimes du terrorisme".

# "L’amicale du Kremlin"

Évoquant la situation en Syrie et les bombardements à Alep, Yannick Jadot a vivement critiqué "l’amicale du Kremlin" qui comprend Marine Le Pen, François Fillon et dans une moindre mesure Jean-Luc Mélenchon :

Le silence assourdissant de la classe politique qui a accompagné les bombardements et les massacres en Syrie n’a-t-il pas fait tomber le voile sur l’influence mortelle et nouvelle du système Poutine dans le jeu géopolitique ? [...] L’admiration de François Fillon ou l’ambiguïté prononcée d’un Jean-Luc Mélenchon en sont des symptômes évidents. Les liens financiers entretenus avec le Front national en sont la preuve. Cette amicale du Kremlin n’est pas qu’une lubie passagère. Elle répond d’un rapport de force ancré dans le réel. L’influence Poutine, c’est l’influence des énergies fossiles, du gaz et du pétrole.

# Bravo la complaisance

Embrayant sur la "complaisance vis-à-vis du régime de Poutine", Yannick Jadot a renouvelé son attaque à l’endroit de François Fillon, dont la société de conseil, 2F Conseil, aurait réalisé plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires entre 2012 et 2015, selon Le Canard enchaîné. "Intolérable", selon l’eurodéputé :

Je continuerai à porter l’impératif qu’une fois les signatures récoltées, tout candidat à l’élection présidentielle doit faire une déclaration d’intérêt indiquant la source de ses revenus sur les cinq dernières années. Il est totalement inacceptable, intolérable qu’un candidat à l’élection présidentielle ait pu quadrupler ses indemnités parlementaires pendant cinq ans et utilise le secret commercial pour ne pas donner ses clients. C’est mépriser les Français, la démocratie et construire la suspicion et la défiance vis-à-vis de l’ensemble des forces politiques.

Le candidat écolo a activé le "mode troll" et proposé de rendre publics ses propres revenus et leur source dès qu’il aura les 500 signatures.

# "On a besoin de respirer au moins toutes les trois minutes"

Yannick Jadot a présenté ensuite ses propositions pour "purifier l’air" : renforcement des transports publics, du covoiturage et du télétravail. Des mesures justifiées, selon lui, par le "besoin de respirer au moins toutes les trois minutes". De légères protestations amusées se sont fait entendre parmi ses soutiens présents, qui ont poussé le candidat à préciser qu’effectivement "on respire plus souvent, mais on peut se retenir trois minutes en apnée". "Si vous êtes vraiment dans l’eau, vous allez voir que vous allez tenir trois minutes", a poursuivi le prétendant à l’Élysée.

# "Nos mesures favorisent l’amour et c’est une bonne nouvelle"

Pour justifier de vouloir envoyer des jeunes à l’étranger, Yannick Jadot s’est mué en candidat de l’amour #àpeuprès :

Je veux que chaque année, un million de jeunes Européens puissent effectuer un apprentissage, une formation, un projet culturel, un stage ou un travail dans un autre pays de l’Union européenne. Vous savez, quand un jeune passe un an dans un pays de l’Union européenne, dans 25 % des cas, il tombe amoureux. La dégénérescence, la décadence, ça ne vient jamais du métissage ni du brassage. Notre programme, nos mesures sont aussi des mesures qui favorisent l’amour et c’est une bonne nouvelle.

Plus précisément, un étudiant sur trois a trouvé l’âme sœur lors d’un séjour Erasmus, révélait une étude de la Commission européenne.  

# "J’ai l’impression d’être dans une tournée des stars des années 1980"

Yannick Jadot n’est pas seulement le *candidat de l’amour*, il est aussi le seul candidat moderne (selon lui-même). La preuve : ses adversaires lui font penser aux "stars des années 1980" dans la mesure où leur projet est old, ou pas adapté au XXIème siècle :

Notre projet rompt avec cette vision qui gaspille l’argent public, détruit l’emploi, abîme notre santé et dégrade l’environnement. Quand j’écoute les autres candidats à la présidentielle, j’ai toujours l’impression d’être dans une tournée des stars des années 1980. C’est sympa, ils parlent de la même chose depuis trente ans et ça ne répond absolument pas aux enjeux du XXIème siècle, aux enjeux de 2017, de la protection sociale et de la protection de l’environnement.

Une attaque qui n’est pas sans rappeler celle de Bruno Le Maire qui, alors candidat à la primaire de la droite, comparait Alain Juppé, François Fillon, Nicolas Sarkozy et François Bayrou à un "boys band politique des années 1990"

# Notoriété puissance 99

Interrogé sur son manque de notoriété, Yannick Jadot a plaisanté sur l’impact énoooorme que pourrait avoir la conférence qu’il tenait à ce moment-là :

Je ne doute pas qu'après cette conférence, mon taux de notoriété montera à 99 %, les 1 % étant ceux qui sont toujours en vacance [de la politique].

# "Les Verts ne sont pas en voie d’extinction"

EELV ne compte plus que 6.000 adhérents, soit 3.000 de moins qu’il y a deux ans. C’est aussi 60 % de moins depuis la création du parti en 2006. Le parti est-il en voie d’extinction ? Yannick Jadot a refusé ce scénario catastrophe et s’en est sorti avec une pirouette :

Mais non, Les Verts ne sont pas en voie d’extinction. Vous savez, on est convaincu de la lutte contre l’extinction des espèces vivantes, donc on est très soucieux aussi de notre pérennité et de notre expansion.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus