Le filloniste Pierre Lellouche demande le retrait de François Fillon et le report de la présidentielle

Publié à 17h05, le 01 mars 2017 , Modifié à 18h28, le 01 mars 2017

Le filloniste Pierre Lellouche demande le retrait de François Fillon et le report de la présidentielle
Pierre Lellouche © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Image Sylvain Chazot


Il y quelque chose d'instable au royaume de LR.

Depuis l'annonce de François Fillon ce mercredi 1er mars, décidant de maintenir sa candidature malgré sa prochaine mise en examen, le parti de droite est en plein bad trip. Bruno Le Maire a ouvert la brèche en démissionnant de l'équipe de campagne de l'ancien Premier ministre, avant d'être imité par d'autres parlementaires.

Un peu plus tard dans l'après-midi, le filloniste Pierre Lellouche a demandé de manière très officielle à François Fillon de retirer sa candidature. Le député de Paris souhaite également que l'élection présidentielle soit reportée. Dans un communiqué, il écrit : 

Inaudible auprès des Français depuis plusieurs semaines, la campagne de François Fillon a atteint aujourd'hui 1er mars, un point de non-retour avec l'annonce pour le 15 mars, c'est-à-dire à deux jours de la clôture de la date du dépôt des candidatures, de la mise en examen du candidat de la droite et du centre. [...] Il importe également, dès à présent, d'envisager de saisir le Conseil constitutionnel aux termes des articles 7 et 61 de la Constitution, afin de demander le report de l'élection présidentielle.

L'article 7 de la Constitution prévoit que le Conseil constitutionnel "peut décider de reporter l'élection" présidentielle, "si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures", un candidat "décède ou se trouve empêché". L'article 61 stipule quant à lui que, "lorsque, à l'occasion d'une instance en cours devant une juridiction, il est soutenu qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit, le Conseil constitutionnel peut être saisi de cette question sur renvoi du Conseil d'État ou de la Cour de cassation qui se prononce dans un délai déterminé".

Une autre sarkozyste lâche officiellement François Fillon. Vice-présidente de l'Assemblée nationale et ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy, Catherine Vautrin estime auprès de L'Union que "l’heure est venue que François Fillon consacre toute son énergie à défendre son honneur". "Je peux comprendre qu’il ne puisse mener sereinement la campagne électorale, dit-elle. Il est grand temps que nous puissions avoir un autre candidat qui consacre tout son temps afin de mener, durant deux mois, la campagne dédiée au projet et à la France". "Pour l’instant", la députée de la Marne ne veut pas citer d'éventuel remplaçant, mais auprès de l'AFP, elle plaide pour "un autre candidat qui consacre toute son énergie" à la campagne présidentielle.

De son côté, le très sarkozyste Sébastien Huyghe a lui aussi pris ses distances avec François Fillon. En deux tweets, le député LR du Nord a ciblé la défense de Frnaçois Fillon, d'abord en se référant, comme l'ancien Premier ministre en son temps, au général de Gaulle. 





Puis, de manière plus directe, Sébastien Huyghe a expliqué que les engagements donnés - en l’occurrence le fait de ne plus être candidat en cas de mise en examen - devaient être respectés.







[EDIT 17h46] Ajout tweets de Sébastien Huyghe

[EDIT 18h25] Ajout Vautrin

Du rab sur le Lab

PlusPlus