Le FN réfléchit à dupliquer par ordonnances le décret anti-musulmans de Donald Trump

Publié à 18h47, le 30 janvier 2017 , Modifié à 18h47, le 30 janvier 2017

Le FN réfléchit à dupliquer par ordonnances le décret anti-musulmans de Donald Trump
Marine Le Pen © AFP

La présidence de Donald Trump est un miroir vers l'avenir. Elle permet de voir à quoi pourrait ressembler, sur certains points du moins, une victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle. Ce lundi 30 janvier, c'est le vice-président du FN Steeve Briois qui jette un pavé dans la marre en parlant du décret anti-musulmans pris par Donald Trump et qui a déclenché une grande vague de protestations aux États-Unis et dans le monde.

Le maire FN de Hénin-Beaumont, s'il était américain, ne manifesterait visiblement pas. Ce décret interdit pour quatre-vingt-dix jours les entrées aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane. Interrogé sur ce sujet par l'AFP ce lundi 30 janvier sur une éventuelle application d'une telle mesure en France par Marine Le Pen en cas de victoire à la présidentielle, Steeve Briois répond :

"

Et pourquoi pas ? On n'est plus dans le monde des bisounours. On est dans un monde horrible, donc de temps en temps il faut prendre aussi des mesures d'autorité, quitte à choquer.

 

"

"Après, c'est malheureux pour ceux qui n'ont rien à voir avec cela...", ajoute le maire FN d'Hénin-Beaumont.

Steeve Briois est membre de l'équipe de campagne de Marine Le Pen. La question se pose donc sérieusement de savoir si, elle présidente, elle prendrait une mesure semblable pour la France. Contactée par le Lab, la candidate frontiste n'a pas répondu à nos sollicitations.

Son directeur de campagne, en revanche, n'enterre pas l'idée. Au contraire.

David Rachline explique au Lab que cette proposition ne figurera pas dans le programme présidentiel. Mais cela ne veut pas dire que Marine Le Pen ne pourrait pas prendre une mesure semblable :

"

Le cas échéant via l'équivalent des décrets américains, c'est-à-dire des ordonnances.

 

"

Son directeur de campagne explique donc que, une fois à l'Élysée et si elle estime que la situation l'exige, Marine Le Pen pourrait prendre une mesure équivalente au décret anti-musulmans de Donald Trump. David Rachline précise néanmoins que son camp "n'en rêve pas la nuit"

Du rab sur le Lab

PlusPlus