Le Foll demande à Le Maire, Wauquiez et ceux qui ne respectent pas Hollande, "de la fermer"

Publié à 12h52, le 02 novembre 2016 , Modifié à 15h53, le 02 novembre 2016

Le Foll demande à Le Maire, Wauquiez et ceux qui ne respectent pas Hollande, "de la fermer"
Stéphane Le Foll.

TAISEZ-VOUS Quand les attaques de l’opposition dérapent et que le respect inhérent à l’institution présidentielle disparaît, François Hollande peut toujours compter sur son fidèle Stéphane Le Foll pour répliquer.

Lors du point presse du conseil des ministres de ce mercredi 2 novembre, le porte-parole du gouvernement a ainsi répondu à Bruno Le Maire, Laurent Wauquiez et tous ceux qui manquent de respect envers François Hollande en tant que président de la République. Faisant référence à la saillie du président de la région Nouvelle-Aquitaine, le socialiste Alain Rousset, Stéphane Le Foll leur a conseillé de "la fermer" :

"

Quelques fois, des personnalités devraient, pour reprendre la formule, la fermer.

"

Et celui qui est aussi ministre de l’Agriculture de poursuivre, attaquant nommément Laurent Wauquiez, le président par intérim de Les Républicains et soutien de Nicolas Sarkozy dans le cadre de la primaire de la droite :

"

Il y a des phrases qui sont dites et qui n’honorent pas leurs auteurs. Laurent Wauquiez a fait une plaisanterie. Il a fait Normale, mais c‘était plutôt anormale (lolilol, ndlr). Ce type de phrases, ce manque de respect… Ceux qui veulent exercer le pouvoir ensuite devraient y penser. C’est un petit message que je leur glisse. Un peu de respect et de retenue ne nuira à personne.

"

Stéphane Le Foll était interrogé sur les sorties de Bruno Le Maire et Laurent Wauquiez principalement. Le premier, candidat à la primaire de la droite, avait expliqué "ne pas avoir de respect" pour François Hollande qui a, selon lui, "détruit la fonction présidentielle".

Quant au patron par intérim de LR, il avait lâché une "blague" bien douteuse, en présentant Gérard Larcher, le président du Sénat et fictif chef de l’Etat en cas de vacance de la présidence, à des élus locaux :

 

"

S’il arrive quelque chose à François Hollande, vous seriez le nouveau président de la République, ce qui ne serait pas forcément une mauvaise affaire.

"

Une "blague" qui n’avait pas fait rire le filloniste Gérard Larcher et fait réagir Jean-Christophe Cambadélis. "Nous n’avons que mépris pour Laurent Wauquiez et ses suggestions morbides sur le président François Hollande", avait fulminé le Premier secrétaire du PS.

Du rab sur le Lab

PlusPlus