Le Front de Gauche prévient le PS : "Nous ne lâcherons rien !"

Publié à 21h24, le 18 avril 2012 , Modifié à 21h34, le 18 avril 2012

Le Front de Gauche prévient le PS : "Nous ne lâcherons rien !"
Clémentine Autain, le 14 avril à Marseille. (Maxppp)

DRAPEAU ROUGE - "Le Parti socialiste n'a eu pour l'instant que mépris à notre égard. [...] Nous ne lâcherons rien !" Forte de 13,5% d'intentions de vote dans les sondages, Clémentine Autain, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, annonce ce mercredi dans une interview à Nice Matin, la couleur des futures négociations avec le PS.

  1. "Le PS n'a eu pour l'instant que mépris à notre égard."

    Sur nicematin.com

    "

    Nous demandons depuis le mois d'août un débat sur le projet au Parti socialiste qui n'a eu pour l'instant que mépris à notre égard.

    "

    Clémentine Autain, porte parole de Jean-Luc Mélenchon, avait déjà utilisé ce terme de "mépris", fin mars, sur les ondes d'Europe 1. Elle récidive mercredi 18 avril dans les colonnes de Nice Matin

    La porte-parole de l'homme qui espère ravir la troisième place à Marine Le Pen ce dimanche, dit clairement qu'au second tour, le Front de Gauche appelera à voter François Hollande.

    Mais Clémentine Autain prévient le PS que les négociations de l'entre-tour puis pour un éventuel gouvernement de "gauche plurielle" seront musclées.

    "

    Il n'y a évidemment pas de programme qui serait à prendre ou à laisser. Et qu'on ne vienne pas nous expliquer que nous sommes les diviseurs. En l'occurrence, c'est le PS qui joue les diviseurs en voulant imposer ses vues et en disant que nous sommes les bienvenus pour gouverner avec lui en appliquant le programme de François Hollande.

    Il y a deux étapes : d'abord battre Nicolas Sarkozy et nous y mettrons toutes nos forces, ensuite se posera la question d'une participation au gouvernement et je le dis clairement, à ce jour les conditions ne sont pas réunies pour un accord politique avec le PS.

    "

    La jeune femme détaille ensuite cinq "mesures significatives" ( dont l'augmentation du SMIC et le retour à la retraite à 60 ans) et conclut  "Là dessus, nous ne lâcherons rien!"

    Le Lab a également remarqué dans cet entretien à Nice Matin une petite interrogation qui en dit long sur l'état d'esprit du Front de gauche qui ne veut pas apparaître comme un feu de paille en 2012 mais une force politique au long cours : 

    "

    On se bat pour être majoritaires à gauche et dans le pays. Est-ce que ce sera pour cette fois ? Pour l'instant les intentions de vote ne disent pas cela, mais il peut y avoir une surprise.

    "

    Un "Est-ce que ce sera pour cette fois?"à rapprocher des déclarations de Jean-Luc Mélenchon laissant entendre qu'il se prépare déjà à la présidentielle de...2022!

Du rab sur le Lab

PlusPlus