Dieudonné: Aurélie Filippetti n'exclut pas d'en appeler à la "responsabilité" de Youtube et Dailymotion

Publié à 20h29, le 09 janvier 2014 , Modifié à 20h32, le 09 janvier 2014

Dieudonné: Aurélie Filippetti n'exclut pas d'en appeler à la "responsabilité" de Youtube et Dailymotion
Montage Le Lab (capture et Maxppp).
Image Thibaut Pezerat

Par

Après l'interdiction des spectacles de Dieudonné, le gouvernement agira-t-il pour en censurer les vidéos sur les plateformes comme Youtube ou Dailymotion ? C'est possible. C'est en tout cas ce qu'a affirmé, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, ce 9 janvier sur BFM TV.

Le journaliste lui pose la question suivante : "Est-ce que vous allez en appeler à la responsabilité de sites de vidéos en partage, comme Youtube ou Dailymotion ?"

Réponse de la ministre de la Culture, qui n'exclut pas cette possibilité :

En ce qui concerne Dailymotion, oui, c'est beaucoup plus simple. En ce qui concerne Youtube, c'est un site américain et donc les choses sont beaucoup plus compliquées.Les Etats-Unis ne répondent pas aux mêmes critères juridiques.

Aurélie Filippetti se base ensuite sur l'exemple d'une vidéo particulièrement choquante, ayant été censurée par la suite :

Je rappelle qu'il y a quelques mois, il y a eu des images absolument horribles qui ont circulé sur Youtube d'une femme mexicaine décapitée sous les yeux de millions de personnes dans le monde, via internet.On ne peut pas évidemment tolérer ce genre d'images. Il faudra qu'un jour, les sites qui diffusent ça soient responsables. Malheureusement, ces images étaient restées beaucoup trop longtemps sur ce site.

Interrogée par le Labà l'issue du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem assurait le 8 janvier qu'il s'agit là d'un sujet qui lui "tient à coeur". Et la ministre de citer l'exemple de la loi sur l'économie numérique, qui impose aux acteurs du web de permettre le signalement d'une vidéo par l'internaute :

Est-ce que cette loi est suffisamment appliquée ? C'est une question que l'on peut se poser mais les dispositions légales existent bel et bien.

Du rab sur le Lab

PlusPlus