Le gros amalgame de David Rachline entre les propos de Danièle Obono sur les conducteurs de bus et l'attaque au couteau de Marseille

Publié à 16h57, le 01 octobre 2017 , Modifié à 17h01, le 01 octobre 2017

Le gros amalgame de David Rachline entre les propos de Danièle Obono sur les conducteurs de bus et l'attaque au couteau de Marseille
Danièle Obono et David Rachline. © Montage le Lab via AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

La députée La France insoumise Danièle Obono est rapidement devenue une cible privilégié de la droite et de l'extrême droite. Et ce dimanche 1er octobre, une de ses sorties médiatiques a encore attiré l'attention.

Sur BFMTV, peu après midi, Danièle Obono est interrogée sur le fait que certains chauffeurs de la RATP refusent de conduire lorsque le bus avait précédemment été conduit par une femme. Il lui est demandé si ce comportement peut être assimilé à une forme de radicalisation. Réponse de la députée LFI :

Ça veut dire qu'il y a un préjudice sur des femmes. [...] Qu'est-ce que ça a à voir avec la question du terrorisme ? Est-ce que quelqu'un qui refuse de conduire un bus après une femme doit être mis sur écoute, perquisitionné, mis en centre de rétention comme le proposait des députés de la droite ? Non. Est-ce que des pratiques discriminatoires ont un lien avec le terrorisme ? Non. [...] C'est un signe de discrimination.

Quelques heures plus tard, une attaque au couteau à lieu à Marseille. Deux personnes y sont tuées. Sautant sur l'occasion, l'ex-sénateur FN David Rachlinefait le lien entre cette attaque et les propos de la députée LFI. Le maire de Fréjus tweete :

La députée Obono va-t-elle prétendre que l'acte de guerre de Marseille n'est pas forcément dû à l'islamisme radical, mais au machisme ?

Fin juin, à peine élue, Danièle Obono était sommée de dire "Vive la France", après avoir signé une pétition (en 2012) pour défendre un artiste revendiquant le droit de dire "Nique la France". Ses camarades de LFI avaient alors dénoncé le racisme dont Danièle Obono était victime. Cette pétition avait aussi été signée par de nombreuses personnalités comme Clémentine Autain, Olivier Besancenot, Eric Coquerel ou encore Noël Mamère. mais personne ne leur a jamais demandé de dire "Vive la France".

LIRE AUSSI SUR LE LAB

> VIDÉO - Guillaume Larrivé traite les députés de la France insoumise d’islamo-gauchistes

Du rab sur le Lab

PlusPlus