Le gros raccourci d'Aurore Bergé et Christophe Castaner sur Laurent Wauquiez et l'adhésion des Balkans à l'UE

Publié à 11h22, le 13 novembre 2017 , Modifié à 11h27, le 13 novembre 2017

Le gros raccourci d'Aurore Bergé et Christophe Castaner sur Laurent Wauquiez et l'adhésion des Balkans à l'UE
Laurent Wauquiez. © AFP
Image Loïc Le Clerc


Le 12 novembre, Laurent Wauquiez s'en prenait à la politique européenne du président de la République : "Emmanuel Macron propose que l’Europe s’étende aux pays des Balkans. Mais c’est justement cette stratégie d’élargissement qui a tué l’Europe."





Une analyse géopolitique que plusieurs hauts-responsables de La République en Marche ! (LREM) ne se sont pas privés de commenter ce lundi 13 novembre. Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a ainsi tweeté :

Propos étrange: la procédure d'adhésion date de décembre 2010 pour le Monténégro et octobre 2011 pour la Serbie. Sarkozy était président dont Wauquiez fut le Ministre des affaires européennes préparant l'élargissement. #Incoherence

Même commentaire de la part d'Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée :

Rappelez nous qui était secrétaire d'État aux affaires européennes quand la France a reconnu officiellement ces deux pays comme candidats ?

Une chose est sûre, du 14 novembre 2010 au 29 juin 2011, Laurent Wauquiez était bien ministre chargé des Affaires européennes, dont le ministre de tutelle était celui des Affaires étrangères, en l'occurrence Michèle Alliot-Marie jusqu'en février 2011 puis Alain Juppé.

Une autre chose est sûre, le Monténégro a déposé sa candidature d'adhésion à l'Union européenne en décembre 2008 et le statut de candidat lui a été accordé en décembre 2010, soit un mois après la nomination de Laurent Wauquiez au ministère des Affaires européennes. Pour la Serbie, la candidature a été déposée en décembre 2009 et le statut de candidat officiel accordé en mars 2012, donc pas de Laurent Wauquiez à ces dates.

Concrètement, voici le processus, décrit ici par le site touteleurope.eu : "La demande d'adhésion est soumise par le pays au Conseil de l'Union. La Commission européenne fournit un avis officiel, le Parlement approuve ou non cette demande, puis le Conseil [européen, NDLR] se prononce pour ou contre."

Laurent Wauquiez, en tant que ministre, a pu agir au sein du Conseil de l'Union européenne, sorte de conseil des ministres de chaque Etat-membre, mais c'est le Conseil européen, la réunion des chefs d'Etat et de gouvernements de l'UE, qui décide in fine. Donc, s'il faut un responsable français sur ces deux candidatures d'adhésion, il vaut mieux en parler avec Nicolas Sarkozy.

LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

Les propositions de Macron pour la refondation européenne en 2018

Du rab sur le Lab

PlusPlus