Le maire de Tulle aimerait beaucoup que François Hollande vienne le soutenir en Corrèze pour les législatives

Publié à 08h50, le 30 mai 2017 , Modifié à 08h59, le 30 mai 2017

Le maire de Tulle aimerait beaucoup que François Hollande vienne le soutenir en Corrèze pour les législatives
François Hollande et Bernard Combes en 2015 © MEHDI FEDOUACH / AFP
Image Etienne Baldit


ALLEZ VIENS - François Hollande a prévenu à plusieurs reprises avant la fin de son quinquennat : s'il ne s'est pas représenté à la présidentielle, il n'a pas pour autant pris sa retraite politique. Reste donc à savoir quand et comment l'ex-chef de l'État pourrait revenir dans le jeu. Certains de ses amis aimeraient visiblement que cela se fasse (très) rapidement, à l'occasion de la campagne pour les élections législatives.

On apprend dans Le Parisien mardi 30 mai qu'ils sont plusieurs à "solliciter" le soutien de l'ancien Président pour le scrutin des 11 et 18 juin. Et parmi eux, un très proche : le maire de Tulle Bernard Combes. Ce fidèle hollandais, qui brigue le siège de député de la 1ère circonscription de leur terre commune de Corrèze, explique au quotidien :



La présence de François Hollande serait une bonne chose et un beau geste à mon égard car la fidélité fonctionne dans les deux sens.

Une sorte de renvoi d'ascenseur donc, pour cet ami qui fut l'un des rares à soutenir François Hollande jusqu'au bout du bout de son mandat, en dépit des polémiques et des résultats de sa politique largement contestés. "Il ne s'agit pas de l'associer directement à ma campagne", tempère le successeur de l'ex-chef de l'État à l'hôtel de ville de Tulle.

Un tel affichage post-présidentiel serait peut-être toutefois prématuré pour l'ex-Président, qui a promis de ne pas se remontrer trop vite, prenant contre-exemple sur Nicolas Sarkozy. D'après Le Parisien, il pourrait cependant trouver le moyen d'honorer cette demande de Bernard Combes en combinant son soutien à la cérémonie d'hommage annuelle aux 99 pendus de Tulle, martyrs des nazis en 1944, le 9 juin. C'est d'ailleurs autour de cette date que l'actuel maire de la ville "réfléchit à la possibilité de monter un meeting" avec François Hollande, selon nos confrères.

Ces derniers précisent que l'entourage de l'ancien chef de l'État "admet du bout des lèvres" que ce dernier "devrait aller encourager une poignée d'autres candidats". Mais rien de sûr, donc.





À LIRE SUR LE LAB :

Quand François Hollande imagine son avenir : "je n'ai pas de mandat à briguer mais il ne faut jamais dire jamais"

Du rab sur le Lab

PlusPlus