Le maire d'un petit village prend un arrêté "interdisant l'implantation de personnages Pokémon"

Publié à 17h40, le 14 août 2016 , Modifié à 18h17, le 14 août 2016

Le maire d'un petit village prend un arrêté "interdisant l'implantation de personnages Pokémon"
Pikachu est interdit de territoire à Bressolles, et ça le rend très triste © Giphy
Image Etienne Baldit


POKÉMON GO AWAY - Les Pokémon ont peut-être envahi la terre entière, mais ils ne passeront pas à Bressolles. C'est en tout cas l'intention du maire de ce petit village de 800 habitants, dans l'Ain, bien déterminé à ne pas laisser s'installer les "personnages Pokémon" chez lui. Non mais.

C'est donc tout logiquement que Fabrice Beauvois a pris, ces derniers jours, un arrêté "interdisant l'implantation de 'Pokémon' sur le territoire de la commune de Bressolles", comme le rapportait Le Progrès vendredi 12 août. Voici tout d'abord le constat alarmiste dressé par le maire : ce jeu et sa "propagation contagieuse et anarchique" sont dangereux (pour des raisons de sécurité, notamment routière, mais aussi "d'addiction") et peuvent générer la création de "groupes" de chasseurs "dont il convient de prévenir l'émergence".

Dans le détail, l'arrêté du 9 août dit en effet :



Considérant les implantations virtuelles et sauvages de personnages 'Pokémon' sur le territoire de la commune,

Considérant le danger que constitue la recherche de personnages 'Pokemon' par l'inattention des piétons et conducteurs de véhicules visionnant leur téléphone,

Considérant que cette situation peut favoriser en soirée et la nuit la constitution de groupes dont il convient de prévenir l'émergence,

Considérant la propagation contagieuse et anarchique du phénomène 'Pokémon Go',

Considérant l'addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations,

Considérant qu'il appartient à l'autorité municipale de prescrire toutes les mesures portant réglementation afin d'assurer le bon ordre et la tranquillité publique,

En conséquence de quoi "l'implantation virtuelle de personnages Pokémon est interdite sur l'ensemble du territoire de la commune" et "les société The Pokémon Company et Niantic [éditeurs du jeu, ndlr] sont chargés [sic], chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté". En clair, Fabrice Beauvois demande aux créateurs de Pokémon de faire en sorte qu'aucune créature ne se retrouve dans son village.





La fondation gérant l'ossuaire de Douaumont, site historique commémoratif de la Première Guerre mondiale, avait déjà formulé une demande de ce type, avec succès. Dans ce cas, la nécessité de préserver l'esprit de recueillement des lieux avait été prise en compte très rapidement, et le Pokéstop (point de ravitaillement en matériel) et l'arène (lieu de combat) qui se trouvaient virtuellement sur place ont été supprimées.

Difficile de dire, cependant, si Bressolles obtiendra elle aussi à gain de cause.





À LIRE SUR LE LAB :

Face à la "chaîne de dangers" qui entoure Pokémon go, le député LR Vincent Ledoux veut légiférer

Pokémon go : Laurence Rossignol ironise sur un jeu qui "favorise les échanges, la curiosité et l'attention à l'autre"

Du rab sur le Lab

PlusPlus