Le meeting d’Hé ho la gauche à Poitiers annulé après un appel à manifester des syndicats

Publié à 21h31, le 12 juin 2016 , Modifié à 21h33, le 12 juin 2016

Le meeting d’Hé ho la gauche à Poitiers annulé après un appel à manifester des syndicats
le mouvmeent Hé ho la gauche à Paris, le 25 avril. © AFP
Image Le Lab

Etienne Girard pour

La thérapie de groupe des soutiens de François Hollande attendra. Le député-maire PS de Poitiers Alain Claeys a annoncé ce dimanche 12 juin avoir décidé de l'annulation du meeting du mouvement "Hé ho la gauche" prévu dans sa ville lundi 13 juin. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, initiateur du mouvement, ainsi que la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem et la secrétaire d'État Martine Pinville avaient prévu de faire le déplacement.

La raison de cette annulation ? Un appel à manifester devant le lieu de la réunion lancé par les syndicats opposés à la loi Travail, selon la Nouvelle République. Qui explique que des membres de Nuit Debout Poitiers avaient prévu de se joindre au cortège. Un collectif de "précaires de l'éducation nationale" avait également prévu d'organiser un "comité d'accueil" pour les ministres. Dans un message publié sur Facebook, Alain Claeys a expliqué vouloir simplement reporter le meeting :



Ce débat nécessaire doit avoir lieu dans des conditions de sérénité qui ne me semblent pas actuellement réunies. J'ai donc préféré différer ce rendez vous de quelques jours. Une réunion politique doit, en démocratie, pouvoir se tenir sans le renfort de la Police nationale, par ailleurs largement sollicitée sur d'autres missions.

Il s'agit de la deuxième tentative de décentralisation avortée pour "Hé ho la gauche". Le 16 mai dernier, une réunion prévue le lendemain à Lille a été annulée en raison de manifestations contre le projet de loi Travail prévues le même jour. Un autre meeting de Hé ho la gauche doit avoir lieu jeudi 16 juin à Fameck, en Moselle. Reste à savoir s'il sera maintenu.

Le mouvement Hé ho la gauche a été lancé en avril par Stéphane Le Foll pour valoriser l'action du quinquennat en cours. Il s'est réuni, une fois. C'était à Paris, le 25 avril.

Un certain nombre de mouvements ont été lancés ces dernières semaines pour vanter le bilan de François Hollande. Hormis "Hé ho la gauche", on dénombre la "Belle alliance populaire" du Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, "Du progrès en plus" du patron des députés PS Bruno Le Roux, ainsi que "La France est belle" du premier ministre Manuel Valls. Tous ces organisations éphémères devraient fusionner à l'occasion d'un grand meeting dédié à "la fierté du bilan" du quinquennat, prévu début juillet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus