Le ministère de la Justice supprime un tweet dans lequel Christiane Taubira dit que la loi renseignement peut porter atteinte à la vie privée

Publié à 20h47, le 13 avril 2015 , Modifié à 20h58, le 13 avril 2015

Le ministère de la Justice supprime un tweet dans lequel Christiane Taubira dit que la loi renseignement peut porter atteinte à la vie privée
Christiane Taubira © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Image Sylvain Chazot


TWEET-FAIL - Live-tweeter une intervention d'un ministre en plein hémicycle peut poser quelques soucis. Ainsi le ministère de la Justice a commis ce lundi 13 avril, au premier jour de l'examen du projet de loi sur le renseignement, un joli fail.

Comme l'a relevé le rédacteur en chef de Numerama, le ministère de la Justice a posté un message reprenant les mots de la Garde des sceaux à l'Assemblée, avant de l'effacer quelques instants après. Difficile, en effet, de synthétiser une pensée en 140 signes. Le tweet pouvait ainsi laisser croire que Christiane Taubira n'appréciait que très moyennement le projet de loi sur le renseignement. Le message en question, le voici :



Ces mots-là ont bien été prononcés par Christiane Taubira. Le problème est que la ministre de la Justice, après avoir formulé cette remarque, a défendu le travail du gouvernement. Voici ce qu'elle a dit :

Sur l'esprit de ce texte, il est évident que les techniques de recueil de renseignement sont  susceptibles, sont susceptibles, de porter atteinte à la vie privée, aux droits des personnes sur la vie privée, à la vie familiale, à l'inviolabilité du domicile ainsi qu'au secret de correspondance.

Ce sont des droits qui sont garantis par notre Constitution, bien entendu, inscrits dans notre Code civil essentiellement aux articles 9 et 10. Ce sont des droits aussi auxquels la France est engagée dans ses relations conventionnelles puisque ce sont des droits qui sont prévus à l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme.

Et le gouvernement a eu le souci, constamment, dans l'écriture de ce texte, de s'assurer qu'il serait respectueux de ses propres obligations, ses obligations inscrites dans le Code civil, ses obligations conventionnelles, ses obligations constitutionnelles. Et c'est pour ça que nous avons le souci, constamment en écrivant ce texte, de veiller à trouver la bonne mesure entre les nécessités opérationnelles ainsi que la protection des lois et des libertés.

Voilà. Difficile de dire tout ça en 140 signes. On le reconnaît.

Là où le message posté / supprimé par le ministère de la Justice pose problème, c'est que certains suspectent Christiane Taubira d'être opposée personnellement à ce projet de loi sur le renseignement. Éric Ciotti a ainsi attaqué la ministre ce lundi, lui reprochant son "silence".  

Mercredi 8 avril, Le Canard Enchaîné rapportait des propos tenus par la Garde des sceaux aux ex-ministres Aurélie "Bonnie" Filippetti et Arnaud "Clyde" Montebourg. Voici ce qu'elle dit selon l'hebdomadaire :



J'avale des couleuvres de plus en plus épaisses. La loi sur le renseignement, qui permet une intrusion dans la vie privée, est aux antipodes de mes idées

Du rab sur le Lab

PlusPlus