Le mouvement pan-européen de Yanis Varoufakis appelle à voter pour Emmanuel Macron

Publié à 17h13, le 29 avril 2017 , Modifié à 17h21, le 29 avril 2017

Le mouvement pan-européen de Yanis Varoufakis appelle à voter pour Emmanuel Macron
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


L’ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, suit avec beaucoup d’attention la politique française. Après s’être affiché aux côtés d’Arnaud Montebourg à la Fête de la rose à l'été 2015, le premier dissident de Syriza avait ensuite passé une tête à la Fête de l’Huma pour rencontrer Jean-Luc Mélenchon. Cette fois, Yanis Varoufakis, qui a créé en 2015 le Mouvement pour la démocratie en Europe DiEM25, s’intéresse à l’élection présidentielle. Et il appelle à voter pour Emmanuel Macron pour contrer Marine Le Pen, le 7 mai prochain, tout en précisant qu’il ne s’agit pas "d’un vote d’adhésion au projet proposé par le candidat d'En marche!".

Au premier tour, son mouvement n’avait pas "soutenu un candidat en particulier". "Nous sommes conscients des dangers que représente le programme d'Emmanuel Macron pour les équilibres sociaux", explique DiEM25 dans un texte publié samedi 29 avril sur Mediapart. "Cependant, ses politiques pourront être combattues démocratiquement dans le cadre des institutions et par les luttes collectives".  Et de poursuivre :

Nous pouvons comprendre les réticences exprimées par ceux qui, face au choix entre un candidat néo-libéral et l'extrême droite, ont du mal à envisager de voter pour le premier. Mais Le Front National représente un tout autre danger, car il nourrit un projet antidémocratique et de régression sociale qui place l'inégalité entre les hommes au cœur de son programme […] Il suffit de lire attentivement les 144 engagements présidentiels de la candidate du FN pour se rendre compte de la menace que sa victoire représenterait pour la démocratie dans notre pays. 

Le mouvement de Yanis Varoufakis agite une autre menace, celle de l’utilisation de l’article 16 de la Constitution. "Il n'est pas exclu qu'à l'occasion d'une situation de tension grave (un attentat de grande ampleur, par exemple), une présidente Front National s'octroie les pouvoirs exceptionnels prévus par l'article 16 de la Constitution, avec des conséquences catastrophiques pour les libertés publiques et individuelles", peut-on lire dans le texte de DiEM25.

Pour quelqu’un qui avait apporté son soutien aux participants de Nuit debout, il y a tout juste un an, soutenir Emmanuel Macron peut paraître étrange. Et pourtant, s’il semble avoir quelques divergences, notamment sur l’Europe avec le candidat d’En Marche !, Yanis Varoufakis s’est montré plutôt bienveillant à l’égard de l’ancien ministre de l’Economie.  "J'apprécie beaucoup Macron et je peux vous dire que dans mes discussions avec lui nous sommes d'accord sur 80% des choses dont on parle", avait-il assuré en septembre 2015, avant de redire du bien de Macron quelques mois plus tard.

Du rab sur le Lab

PlusPlus