Le multiplex du 7 février avec Christian Estrosi, Cécile Duflot, Marisol Touraine, Nicolas Dupont-Aignan, Brice Hortefeux et François Fillon

Publié à 10h25, le 07 février 2016 , Modifié à 13h13, le 08 février 2016

Le multiplex du 7 février avec Christian Estrosi, Cécile Duflot, Marisol Touraine, Nicolas Dupont-Aignan, Brice Hortefeux et François Fillon
© Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


et Amandine Réaux

#MULTIPLEXPOLITIQUE – C’est dimanche, et comme chaque dimanche, c’est multiplex politique. Tout au long de la journée et des interviews politiques dominicales, le Lab se plie en quatre, voire plus, pour vous proposer ses morceaux choisis de ces rendez-vous.

Au programme de ce 7 février : Christian Estrosi, Cécile Duflot, Marisol Touraine, Nicolas Dupont-Aignan, Brice Hortefeux et François Fillon.

 

  • Deuxième partie

>> Brice Hortefeux sur BFM Politique

View post on imgur.com


#"Une forme de terrorisme"

Albert Chennouf-Meyer, père du soldat Abel Chennouf abattu par le terroriste Mohamed Merah à Montauban en 2012, a déposé plainte contre Eric Woerth et contre Nicolas Sarkozy pour "contestation de crime contre l’Humanité et diffamation". Eric Woerth avait affirmé que les tueries de Toulouse et Montauban par Mohamed Merah ne constituaient "pas un attentat" mais "le crime d’un furieux". L’ancien chef de l’Etat avait, lui, affirmé qu’il n’y avait "pas eu un seul attentat en France" entre 2002 et 2011. Brice Hortefeux considère-t-il que cet événement est un attentat ou le crime d’un furieux ? Il reconnaît :

Sous Nicolas Sarkozy, il n'y a pas eu d'attentats... jusqu'en 2012. La délinquance était mieux maîtrisée que sous François Hollande. [...] Furieux et attentat, c’est assez lié… [...] C’est attentat commis par un furieux. C’est une forme de terrorisme.

Après la plainte d’Albert Chennouf-Meyer, qui accusait les deux hommes de vouloir "nettoyer" le bilan de Nicolas Sarkozy en niant les attentats, Eric Woerth avait publié une série de tweets dans laquelle il requalifiait les faits d’"attentat terroriste", tout en s’estimant victime d’une "instrumentalisation".

#JeSuisAuvergnat

Lors de son discours à l’Assemblée nationale vendredi 5 février, Cécile Duflot a exprimé sa vive opposition à la déchéance de nationalité, mentionnant le régime de Vichy, "le dernier régime à l’avoir massivement utilisée". Et Brice Hortefeux tient à mettre les points sur les i :

En tant qu’Auvergnat, je voudrais qu’on arrête de parler du régime de Vichy. C’était le régime du maréchal Pétain.

Auvergne à laquelle Brice Hortefeux est très attaché. Interrogé de nouveau sur Mohamed Merah, l’ancien conseiller régional lance, un peu agacé : "Je vous l’ai déjà dit, si vous voulez je vous le répète en patois auvergnat".

En 2012, le député radical de gauche de l’Allier Gérard Charasse avait déposé une proposition de loi pour faire remplacer l'appellation "régime de Vichy" par "dictature de Pétain".



>> François Fillon, à C Politique sur France 5

View post on imgur.com


#Travailler plus pour gagner moins

Pendant son quinquennat, Nicolas Sarkozy n’a jamais supprimé les 35h, mais le regrette aujourd’hui dans son livre. De même pour François Fillon, son ancien Premier ministre. Si la droite revenait au pouvoir en 2017, cela changerait. A propos de la durée légale du travail, le député de Paris dit :

On est dans un pays un peu fou qui est passé de 39h payées 39 à 35h payées 39. Ensuite on a mis en place des subventions publiques gigantesques pour aider les entreprises à passer le mauvais moment. Après, nous quand on est arrivé en 2007, on a subventionné les heures supplémentaires. Maintenant, on voudrait revenir à 39h en rajoutant encore. Ca ne peut pas fonctionner. Il ne s’agit pas de demander aux gens de travailler 39h payées 35, mais il y aura des compromis. Je pense qu’il y a beaucoup de Français qui sont prêts à travailler un peu plus pour avoir un emploi le lendemain.

Un projet *pas tout à fait* en adéquation avec le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007, promettant la défiscalisation des heures supplémentaires : "Travailler plus pour gagner plus". L’ex-Premier ministre qualifie désormais cette mesure d’"idée de pays de riche".

#BelkacemDémission

Tiens, et que pense François Fillon de la réforme de l’orthographe ? L’ex-Premier ministre s’en prend à la politique d’éducation du gouvernement, alors même que cette réforme date de... 1990.

Je trouve que c’est vraiment pas le moment. Ces réformes de l’orthographe, il y en a eu dans l’histoire et l’orthographe, ça paraît normal qu’il (sic) évolue. Mais quand même, on est dans un pays qui est dans une situation d’échec en matière scolaire, terrible. J’évoquais tout à l’heure les 2 millions de jeunes qui sont sans boulot et qui sont pas à l’école, c’est le résultat direct de l’échec du système scolaire. Qu’est-ce qu’on a eu depuis l’arrivée de François Hollande qui avait promis une refondation du système scolaire ? On a eu un truc absolument pourri sur les rythmes scolaires qui était un échec total. On a eu une réforme du collège qui a suscité une colère noire et qui n’est pas mise en oeuvre. Maintenant on a la réforme de l’orthographe. Je pense qu’on pourrait laisser la réforme de l’orthographe de côté pour un quinquennat dans dix ou quinze ans.

Le syndicat de droite UNI était, lui aussi, tombé dans le piège jeudi, s’attaquant à la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem.

  • Première partie

>> Marisol Touraine au Grand Rendez-Vous Europe1 / iTÉLÉ / Le Monde





#Inacceptables

Marisol Touraine a peu apprécié les mots de Cécile Duflot, vendredi 5 février, à l'Assemblée nationale. Alors qu'elle se prononçait contre la déchéance de nationalité, l'ancienne ministre du Logement a expliqué que "le dernier régime à l'avoir massivement utilisée est le régime de Vichy".

Son ancienne collègue trouve ce dimanche ces propos "inacceptables". "Je veux croire que les mots de Cécile Duflot ont dépassé sa pensée", estime-t-elle avant de se lancer dans une différenciation entre la situation actuelle et le régime de Vichy. Elle dit :

Sous Vichy, la déchéance de nationalité était prononcée de manière collective, pour des catégories de population, les juifs principalement. […] Sous Pétain, ce sont les fossoyeurs de la République qui agissaient. Aujourd'hui, ce sont les défenseurs de la république qui vont en première ligne.

#Megaconfiance

Marisol Touraine est très confiante. Et pour l'avenir et pour sa propre loi, la fameuse loi Santé décriée par une grande partie de la droite. D'ailleurs, l'opposition a déjà fait savoir que si elle revenait aux affaires à l'occasion des prochaines élections, elle reviendrait sur cette disposition. L'actuelle ministre de la Santé s'en moque. Pourquoi ? Parce que, selon elle, la droite de gagnera rien en 2017.

Elle dit :

Je pense que la gauche va gagner en 2017. […] Je ne suis pas voyante, je suis confiante.

Et la ministre de la Santé d'en profiter pour dénoncer les mots de Nicolas Sarkozy dans son livre La France pour la vie (éd. Plon), qui propose notamment de dérembourser certains soins. "Je le remercie de sa franchise", ironise-t-elle. 

#Fromage/Tabac

Marisol Touraine a été profondément choquée par les mots de Nicolas Sarkozy contre le paquet neutre. Elle lance : 

J’ai l’impression que ça a fait beaucoup rire. Moi ça ne me fait pas rire, ça me ferait presque pleurer lorsque je pense au près de 80.000 personnes qui meurent chaque année du tabac. Franchement, on meurt du tabac, on ne meurt pas du fromage, contrairement à ce qu'a dit Nicolas Sarkozy.

En meeting début février puis sur le plateau de Des Paroles et des Actes, le président de les Républicains avait expliqué que "si vous acceptez le paquet neutre pour les cigarettes, vous aurez demain des intégristes qui vous demanderont la bouteille neutre, puis on aura aussi le fromage neutre"



>> Christian Estrosi au 12/13 Dimanche sur France 3





#Pas de terroristes aux élections

Christian Estrosi votera pour la déchéance de nationalité. Et pour cause : le président de la région PACA, qu'il continue de présenter comme la 2e région de France en PIB / habitant même si c'est faux, considère qu'il s'agit d'une bonne mesure, "un symbole, comme le drapeau de la République".

Pour défendre cette mesure, l'élu LR a un argument de poids : il faut empêcher les terroristes condamnés de pouvoir bénéficier de leurs droits civiques s'ils sortent un jour de prison.

Il dit :

Qui comprendrait que quelqu'un sorte de 30 ans de condamnation de prison pour avoir tué 130 personnes au Bataclan et puisse retrouver ses droits civiques, ses avantages sociaux,la possibilité de se présenter comme maire ou comme député dans notre pays ? Personne ne peut le comprendre.

Ceux qui "ont trahi" la France ne méritent donc pas d'être Français, encore moins de se présenter à une élection.

En revanche, Christian Estrosi estime qu'une modification de la Constitution n'était pas nécessaire. "Une simple loi votée par le Parlement aurait permis d'aller beaucoup plus vite, une ordonnance en moins de huit jours aurait permis de résoudre le problème", ajoute-t-il.

#3àLaSuite

Christian Estrosi aimerait beaucoup faire comme dans le Haut-Rhin où le versement du RSA a été conditionné à sept heures de bénévolat par semaine. "Vous devez rendre à la société tant que vous n'êtes pas réinséré dans l'emploi", dit-il avant de se prononcer, également, à la dégressivité des allocations chômage. Il est pour, à condition que "nous soyons sur zéro inactivité".

"Comme l'école est obligatoire dans notre pays, je considère que l'activité doit être quelque chose d'obligatoire", dit-il avant d'avancer une autre proposition :

Je propose qu'au troisième emploi refusé, une suppression de l'allocation chômage, tout simplement, dès lors qu'il s'agit d'un emploi digne.

>> Cécile Duflot au Grand Jury RTL / LCI / Le Figaro




#Menteur

Cécile Duflot revient sur la polémique de la fin de semaine et l'échange tendu entre la députée écolo et Manuel Valls à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre a reproché à l'ancienne ministre du Logement de dresser un parallèle entre le gouvernement actuel et celui de Vichy.

Cécile Duflot considère que "Manuel Valls a falsifié [ses] propos" car elle n'a "pas invoqué Vichy" mais rappelé l'histoire de la France.

Elle ajoute :

Pourquoi le Premier ministre a organisé une cabale ? Ce n'est pas grave, c'est indigne. […] Si le Premier ministre a cherché à créer cette polémique, c'est parce qu'il était embarrassé par le fond de cette intervention. Parce que la méthode que j'ai remarqué avec ce gouvernement, ce qui m'apparaît assez désastreux c'est que d'abord ils essayent de vous acheter, et c'est d'ailleurs ce qui arrive en ce moment avec les parlementaires. C'est dramatique. On fait miroiter qu'il y aun poste au gouvernement. […] Si vous résistez, on vous menace, on vous menace sur vos investitures. [...] Et enfin si vous résistez à la menace, on vous salit.

La députée écolo estime donc que le chef du gouvernement tente de la salir. "Manque de bol, je suis là, je suis debout, et je vais rester là à défendre des valeurs et des convictions !", ajoute-t-elle. La preuve, elle annonce qu'elle sera candidate aux législatives de 2017 à Paris.

#Pub

Il n'y a pas que Manuel Valls qui en prend pour son grade. François de Rugy, ancienne collègue de Cécile Duflot chez EELV, est lui-aussi attaqué par l'ex-ministre. Surtout que, comme le chef du gouvernement, François de Rugy condamne fortement les propos de Cécile Duflot et sa prétendue comparaison entre l'actuel gouvernement et le régime de Vichy (pour vous faire une idée, c'est ici).

L'ancien coprésident du groupe écolo à l'Assemblée demande à la députée de Paris de présenter ses excuses. Ce à quoi elle répond :

Non, il demande à ce que vous citiez son nom ce matin à la radio parce qu'il y a un remaniement dans trois jours. Bien ouèj.

#Madame 3 %

Pour Cécile Duflot, François Hollande n’est pas le "candidat naturel" pour représenter la gauche à l’élection présidentielle de 2017. C’est pourquoi elle est favorable à l’organisation d’une primaire de la gauche. Sauf qu’un sondage publié par Le Parisien ce dimanche 7 février donne Manuel Valls et Emmanuel Macron en tête et Cécile Duflot loin derrière à 2 ou 3 %.

Mais il en faut plus pour décourager la députée EELV. Elle répond :

Je peux vous poser une question taquine ? Est-ce que vous pouvez me dire les résultats des mêmes sondages pour la primaire de 2011 ?

Avant la primaire du PS de 2011, certains sondages créditaient François Hollande de 3 %. Et la suite, on la connaît.

Alors, Cécile Duflot se considère-t-elle dans la même position que François Hollande et donc en mesure de remporter une éventuelle primaire de la gauche puis l’élection présidentielle ? "Non", elle "pose une question simple", assure-t-elle. Oubliant au passage que la primaire de 2011 ne concernait que le PS et le PRG et que la candidate écolo, Eva Joly, n’avait fait que 2,31 %.



>> Nicolas Dupont-Aignan au Brunch Politique Sud Radio





#RégimeSec

Nicolas Dupont-Aignan soutient la mobilisation des agriculteurs, victimes selon lui des mesures imposées par Bruxelles et acceptées par les gouvernements précédents, notamment sur les quotas laitiers. "Le coût de la production d'un litre de lait, moyen, c'est 35 centimes. Les industriels, les coopératives, achètent le lait à 29 centimes", avance le président de Debout la France, expliquant qu'aucune profession "n'accepterait de vendre à perte".

D'où cette idée qu'il formule pour l'actuel ministre de l'Agriculture :

Je propose que monsieur Le Foll, on lui supprime son salaire. Comme ça il comprendra ce que c'est de mourir debout.

#Invité

Il ne faudra pas compter sur Nicolas Dupont-Aignan pour participer à la primaire de la droite et du centre à l'automne 2016. Pourtant, le président de Debout la France y a été convié. Il raconte ainsi que "certains" Républicains l'ont appelé pour lui proposer de participer à ce scrutin.

"Certains m'ont appelé en me disant que ça serait bien", poursuit-il, avant d'expliquer que ce "certains" cache Thierry Solère, organisateur de la primaire et accessoirement soutien affiché de Bruno Le Maire.

Merci mais non merci : Nicolas Dupont-Aignan n'ira pas. Il ajoute :



En fait, ils voudraient que je fasse l'animation, comme Montebourg a fait l'animation, c'est-à-dire faire croire qu'il y a des idées différentes. […] Il voudrait que je fasse le mariole, le folklore. Voilà on invite Dupont-Aignan à la primaire, il dit que l'Europe ce n'est pas bien et puis à la fin… Ce qu'a fait Montebourg. Mais moi je ne suis pas un clown.

On rappellera qu'Arnaud Montebourg a été nommé ministre après l'élection de François Hollande.



Du rab sur le Lab

PlusPlus