Le porte-parole du PCF se moque de Bayrou et de sa critique de "l'hypercapitalisme" de Macron et l'imagine déjà à la Fête de l'Huma

Publié à 15h58, le 03 février 2017 , Modifié à 17h50, le 03 février 2017

Le porte-parole du PCF se moque de Bayrou et de sa critique de "l'hypercapitalisme" de Macron et l'imagine déjà à la Fête de l'Huma
Le porte-parole du PCF Olivier Dartigolles (à gauche) et François Bayrou. © Montage photos AFP via le Lab
Image Julien Chabrout


Entre François Bayrou et Emmanuel Macron, que le maire centriste de Pau qualifie par exemple "d'hologramme", les relations sont compliquées depuis plusieurs mois. Inquiet que le candidat à la présidentielle d’En Marche! empiète sur ses plates-bandes dans l’électorat centriste, le président du MoDem critique régulièrement l’ex-ministre de l’Economie. Ce qui n’empêche toutefois pas ce dernier de le courtiser.

Dans une interview à l’émission Face aux chrétiens dévoilée jeudi 2 février, François Bayrou a livré sa dernière saillie contre Emmanuel Macron : "Il y a une question politique de fond, historique et morale : est-ce que la France avec son histoire, avec son aspiration, se rallie à ce que j’appelle l’hypercapitalisme qui domine le monde ?". Olivier Dartigolles a ironisé sur cette sortie ce vendredi 3 février. Voici ce qu’a tweeté le porte-parole du PCF, conseiller municipal d’opposition à Pau :

 



A ce rythme, François Bayrou assurera le prochain meeting à la Fête de l’Huma (la Fête de l’Humanité organisée par le PCF en septembre prochain, ndlr) et va nous proposer en conseil municipal de Pau de rebaptiser la place royale, place de la révolution ! Prochain CM (Conseil municipal, ndlr), je lui propose !












Les deux élus ont l’habitude d’échanger au conseil municipal de Pau (Pyrénées-Atlantiques). Mais l’ancien candidat à la présidentielle centriste n’a pas encore franchi le cap d’une visite à la Fête de l’Huma. En attendant la prochaine édition de ce rendez-vous incontournable de la gauche radicale, François Bayrou devra dire si oui ou non il se présente à la présidentielle de 2017. Réponse dans une quinzaine de jours maximum.

Du rab sur le Lab

PlusPlus