Le président du groupe FN à la région PACA va porter plainte contre la sénatrice ex-FN du Var

Publié à 12h32, le 05 octobre 2017 , Modifié à 15h17, le 05 octobre 2017

Le président du groupe FN à la région PACA va porter plainte contre la sénatrice ex-FN du Var
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Nouvel épisode dans la guerre qui oppose une partie du Front national à la sénatrice - désormais ex-FN - du Var. Et cela n'a plus rien à voir avec les comparaisons pour le moins douteuse de l'élue qui, en mai dernier, dressait un parallèle entre les migrants et les nazis.

Claudine Kauffmann porte de graves accusations, mercredi 4 octobre, contre Frédéric Boccaletti, président du groupe FN à la région Provence-Alpes-Cote d'Azur et n°1 du FN du Var. Mais pour comprendre ces accusations, il faut remonter à 2014, lors des dernières élections sénatoriales dans le Var. La liste FN était alors menée par David Rachline. Claudine Kauffmann était la numéro 2. Frédéric Boccaletti figurait en troisième position.

David Rachline ayant quitté la chambre haute pour se consacrer à Fréjus, non-cumul des mandats oblige, c'est donc Claudine Kauffmann qui a récupéré son siège de sénateur. Sauf que cette dernière assure au blog Droites extrêmes du Monde avoir subi des pressions pour renoncer à son poste au profit de Frédéric Boccaletti. Elle dit : 

J’étais menacée par les sbires de M. Boccaletti, on a menacé de me taper dessus. Je lui ai fait croire que je voulais me retirer, il l’a cru jusqu’au bout.

 

Des accusations graves. "Je pense que cela se réglera au tribunal. Il faudra qu'elle assume ses déclarations", prévient d'emblée David Rachline au Lab. Dont acte : contacté par le Lab, Frédéric Boccaletti annonce que son avocat est en train de préparer un dépôt de plainte à l'encontre de Claudine Kauffmann. Il précise :

 

Ma réaction est simple. Je vais l'assigner en justice. Elle devra répondre de ses accusations devant un juge. Elle et toutes les personnes qui m'insultent depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Il faudra qu'elle apporte les preuves de ses accusations. Je suis extrêmement serein.

Frédéric Boccaletti s'étonne de se voir ainsi mis au banc des accusés. Il joint à ses paroles une copie d'écran de son Facebook sur lequel on peut lire ses félicitations adressées à Claudine Kauffmann pour son entrée au Sénat, et les remerciements de l'intéressée.

Au Monde, la sénatrice ajoute qu'une somme d'argent lui a été proposée pour se retirer. "Si ça ne suffisait pas je pouvais demander plus", ajoute-t-elle. "Je lui ai proposé d’être mon attachée parlementaire en local, de travailler sur le thème de la ruralité. J’ai évoqué une somme de 1.500 euros par mois. Mais ces discussions, on les a eues car elle-même voulait démissionner pour des raisons de santé", rétorque au Monde Frédéric Boccaletti.

Dans Minute mi-septembre, Claudine Kauffmann avait expliqué en effet ne pas vouloir siéger au Sénat et laisser, de fait, son poste à Frédéric Boccaletti en raison de soucis de santé. "Je n’étais pas malade du tout, c’était pour me protéger", jure-t-elle, désormais.

Par ailleurs, le FN a annoncé avoir suspendu Claudine Kauffmann mercredi, conséquence de sa comparaison entre les migrants et les nazis. "Elle est suspendue dans l'attente d'explications et de clarifications sur ses propos. C'est une mesure conservatoire pour avoir une discussion avec elle. J'ai vu passer des propos sur la 'vermine', c'est absolument inacceptable", avait commenté auprès de l'AFP David Rachline.

 

[EDIT 15h15] Modification du titre, auparavant Le chef du groupe FN à la région PACA va porter plainte contre la sénatrice FN du Var, Claudine Kauffmann ayant été suspendue du parti. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus