Le PS francilien reproche à Valérie Pécresse de subventionner une association "anti-IVG et homophobe"

Publié à 22h44, le 22 novembre 2017 , Modifié à 22h44, le 22 novembre 2017

Le PS francilien reproche à Valérie Pécresse de subventionner une association "anti-IVG et homophobe"
© LOIC VENANCE / AFP

Ce mercredi 22 novembre, la commission permanente du conseil régional d’Île-de-France a fait adopter une subvention de 5.000 euros à l’Association famille catholique 92 dans le cadre de la politique de "soutien aux familles". Une subvention adoptée sans les voix des alliés centristes UDI et MoDem. Dans un communiqué, le groupe socialiste et républicain accuse la présidente Valérie Pécresse d’être allée chercher les voix du Front national pour "subventionner les associations anti-IVG et homophobes".

Ainsi, le PS francilien s’insurge que la région subventionne une association qui, "sur son site internet, mentionne clairement l’opposition à la loi Taubira sur le mariage pour tous ou encore à la loi Coutelle concernant le délit d’entrave à l’IVG" et qui "considère que l’Éducation nationale est 'illégitime à dispenser des cours de vie affective et sexuelle'".

Auprès du Lab, le conseiller régional socialiste Yannick Trigance estime qu’"on est à l’envers de cette soi disant charte de la laïcité" mise en avant par Valérie Pécresse. L’élu de Seine-Saint-Denis ajoute :

"

Cette journée a été placée sous le sceau d’une présidente qui a donné satisfaction à la frange la plus radicale de ses élus en dépit des règles de laïcité. Il y a eu une offensive de madame Pécresse sur un certain nombre de dossiers, comme celui des établissements scolaires 'Espérance Banlieues' qui ne respectent pas les principes élémentaires de la laïcité. Ils bénéficient d’un financement de la région sans que madame Pécresse ne se donne le moindre moyen de contrôle sur ce qu’il s’y passe.

"

Yannick Trigance annonce que son groupe va saisir Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, pour "vérifier ce qu’il se passe" au sein de l’association AFC92. Le PS francilien va également solliciter le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer sur les cas d’"Espérance Banlieues".

Du côté de la majorité LR, on minimise ces reproches. "'Homophobe', 'anti-IVG', ce sont des accusations très graves", commente Othman Nasrou au Lab. Le président du groupe LR à la région Île-de-France ne comprend pas la polémique :

"

L’AFC est une association reconnue par l’État, subventionnée par la CAF [Caisse d’allocations familiales]. Il y a un cadre légal parfaitement bordé. Elle appartient à l’UNAF [Union nationale des associations familiales].

"

Et l’élu de rejeter toute proximité trop importante avec Sens commun, comme l’accuse le PS dans son communiqué : "Sur 78 élus, il y en a peut-être deux qui sont proches de Sens commun". "Notre sujet, ce sont les femmes en difficulté on les aide quels que soient les prismes", argue-t-il, rappelant que la région "soutient aussi la marche des fiertés alors qu’on n’est pas tous pro-GPA", ou encore "des associations de lutte contre l’homophobie".

Othman Nasrou regrette enfin que "groupe PS essaie de faire revivre un clivage avec la méchante droite et son côté réac".

Du rab sur le Lab

PlusPlus